Les articles touchant de près ou de loin aux droits humains. Pour les Français, le dernier peuple sur Terre à les appeler « droits de l’homme », il faut se mettre à la page. Les Femmes, avec un F majuscule, existent aussi.

L’initiative des multinationales responsables, quand l’hypocrisie et l’ignorance sont des arguments

Les quelques partis politiques qui s'opposent à l'initiative des multinationales responsables peinent à trouver des arguments valides pour contrecarrer les initiants, qui font campagne depuis des années sur le sujet, sont soutenus par des PME, des multinationales, des hommes et femmes politiques couvrant tout le spectre de l'échiquier politique. Pourquoi est-il difficile de s'opposer à cette initiative ? Parce que seuls un déni de la réalité et un cynisme sans faille animent les détracteurs. J'ai eu l'occasion d'échanger avec des…

0 commentaire
Statue Jefferson Davis déboulonnée / AFP / Parker Michels-Boyce

Les résistances des Occidentaux blancs à l’antiracisme et ses nouveaux symboles

Les statues s'abattent, George Floyd est assassiné, et les Occidentaux blancs résistent à l'antiracisme. Notre monde est en ébullition. Les symboles du passé sont auscultés sous un nouveau regard, avec antipathie ou sympathie. Deux camps, semblant irréconciliables, s’affrontent avec violence sur les maigres propositions politiques issues du mouvement antiraciste, et avec fureur sur le déboulonnage des symboles historiques de la domination occidentale. Mon postulat est de prétendre que nous assistons, tout comme dans les années soixante, à une résistance de…

0 commentaire

Les Kogis, ou comment survivre face à la modernité lorsqu’on valorise la tradition

« Lorsque vos scientifiques étudient la terre ou l’eau, c’est uniquement pour en tirer des bénéfices. Lorsque nous les étudions, c’est pour mieux les comprendre et les aider. Vos hydrologues et géologues nous tuent et tuent la Terre Mère ! », me lance dans le noir de la nuit un représentant du peuple kogi, dont je discerne à peine les traits. Me voilà propulsé émissaire de la civilisation occidentale auprès d’un peuple autochtone colombien, mandataire de compagnies d’extractions mortifères que…

2 commentaires

Féminisme: #metoo, un énième signe du changement de régime égalitariste

Au degré de culture auquel est parvenu le genre humain, la guerre est un moyen indispensable pour la perfectionner encore ; et ce n’est qu’après l’achèvement (Dieu sait quand) de cette culture qu’une paix éternelle nous serait salutaire et deviendrait possible.
Kant, Conjectures sur les débuts de l’histoire humaine

L’émergence du féminisme dans les années 60 est le plus grand bouleversement intellectuel depuis la pensée rationnelle socratique. Sauf que Socrate n’a « que » changé la manière de penser d’une élite, alors que les féministes ont redéfinis les rapports de forces entre homme et femmes, ont renvoyé des traditions millénaires aux oubliettes, ont émancipé l’humanité de son obsession de la nécessité naturelle. Ce n’est pas un hasard si le féminisme accouchera du respect des minorités sexuelles, du droit à l’avortement, de l’écologie, et surtout de la a pensée post-moderne : tout ce qui était inenvisageable jusqu’alors, car la société qui encadrait la reproduction (ou plutôt la survie de l’espèce), est balayé. La contingence s’impose et devient norme. Les femmes deviennent plus que de simples outils à procréer, et accèdent à la catégorie si enviée d’êtres pensants. Les femmes devenant plus qu’un simple utérus, les bases du patriarcat oligarchique sont soufflées. Un Etat total, avec pour nouvelle idéologie l’égalité totale, sort des cendres du vieux monde.
(suite…)

0 commentaire

La réponse de la Jordanie sera ferme, terrible et forte

Daech, l’Etat autoproclamé islamique, vient une fois encore de nous rappeler combien de chemin a été parcouru en Occident dans son rapport à la violence. A la suite des deux assassinats des reporters japonais, l’Etat totalitaire islamique, l’Etat totalisant islamique, a brûlé vif dans une cage un pilote jordanien capturé. Le procédé d’exécution est insoutenable, il est difficile de garder son sang-froid face à la bestialité dont fait preuve le gang à la tête de Daech. Semaines après semaines, les tweets, les messages enregistrées, des vidéos atroces mises en scène nous confortent dans le choix des sociétés basé sur l’égalité et la liberté. Nous n’avons plus le goût du spectacle de la sorcière que l’on met à mort sur un bûcher.

Seulement voilà, malgré tout ce que peuvent avoir d’odieux et d’exécrable nos barbus du Moyen Orient, il convient d’éviter de verser dans l’angélisme, ou au contraire dans la diabolisation. Point d’angélisme, car ces désaxés sont nos ennemis; ils nient toute humanité et réfutent toute différence possible pour l’humanité. Ils combattent pour un monde uniforme, soumis à des règles divines définies par une poignée de leaders à la tête du gang. Ils meurent par grappes parce que le principe même d’une universalité qui ne se plierait pas à leurs préceptes est inacceptable. Cette forme de totalitarisme ne (re)connaît pas l’autre, et lorsque l’autre est inexistant, la table des négociations n’est occupée que par une partie sur deux. La négociation n’étant plus une option, il convient de mettre fin au cancer nihiliste qui nous ronge. Daech doit disparaître, et cela physiquement. En dehors de la solution militaire, on voit mal quelle stratégie pourrait voir le jour pour remplir le cahier des charges.
(suite…)

0 commentaire

De la liberté d’expression (totale) expliquée

On a commencé à mourir sur le champ de bataille de la liberté d'expression, aussi bien du côté de ceux qui l'aiment que du côté de ceux qui ne la connaissent pas. On a commencé à mourir à des milliers de kilomètres de l'endroit où le prophète de l'Islam a été caricaturé; ces morts seront suivis, à n'en pas douter, par d'autres qui seront bien plus proches du lieu de l'acte blasphématoire, et qui mettront tout en oeuvre pour ne…

1 commentaire

How Cuba undermines human rights: A true human rights defender can’t support Cuba

A long time ago, I considered Cuba as a power against a uniform, unequal and tough Western-driven world. Cuba was the sand in the gears, reminding everybody that women’s rights and minorities’ rights have to stay high on the agenda. This was my belief until I started working in the human rights field. Whilst it is true that Cuba is facing one of the most prominent long-lasting injustices of our time (the US Embargo), the Caribbean Island is also creating…

0 commentaire

L’ambassadrice Laura Dupuy Lasserre rappelle au Bahrein l’importance de protéger les défenseurs de droits de l’homme

Dans un acte de courage remarquable, l’ambassadrice Laura Dupuy Lasserre (présidente du Conseil des droits de l’homme) a profité de l’adoption du rapport lié à l’Examen périodique universel (EPU) du Bahreïn pour faire part de sa préoccupation à M. Salah Bin Ali Mohamed Abdulrahman, Ministre d’État aux droits humains du Bahreïn. La présidente du Conseil a en effet été informée qu’une campagne de presse menaçant les défenseurs de droits humains était en cours au Bahreïn, et que les défenseurs des droits humains qui ont participé à l’EPU étaient accusés dans la presse du pays d’être des « traîtres ». Mme Dupuy Lasserre a rappelé qu’une telle opération « [était] inconsistante avec l’esprit de la participation démocratique, qui est à l’origine du mécanisme de l’Examen périodique universel ». Elle a terminé sont intervention en citant les nombreux noms des défenseurs touchés par la campagne de presse diffamatoire, en indiquant que cela permettrait de s’assurer que ces individus ne soient pas molestés une fois de retour chez eux, et de suivre si l’État du Bahreïn se conformait correctement à son devoir de protéger la liberté de la presse et d’empêcher toute représailles contre cette dernière.

L’Arabie Saoudite, le Yémen, la Biélorussie et le Koweït ont pris la parole sous couvert de règles procédurales pour, au final, s’insurger que l’on parle de droits de l’homme dans l’enceinte du Conseil des droits de l’homme. Aucun pays « progressiste » n’a eu le courage de soutenir l’intervention de l’ambassadrice uruguayenne.

On voudra donc bien se rappeler à l’avenir le courage de Mme Dupuy Lasserre, encore en charge de présider le Conseil jusqu’au mois de décembre 2012. Et très vite oublier la lâcheté des pays occidentaux présents dans la salle. Il faut savoir qu’au Bahreïn, depuis 2011, les journalistes et défenseurs de droits humains se font régulièrement assassiner. Qu’ils sont forcés à l’exil. Que leur vie et celle de leur famille est constamment menacée. Lorsque l’Union européenne, si fière de sa politique extérieur en matière de droits humains, ne prend pas la parole, on se sent presque aussi honteux que la délégation bahreïnienne, regardant ses chaussures en quittant la salle.

Le silence dans lequel les hommes et femmes meurent au Bahreïn est assourdissant. L’ambassadrice Laura Dupuy Lasserre, dans un acte peu policé, aux conséquences pour la diplomatie uruguayenne très imprévisibles, a choisi d’élever la voix. Cette femme a été aussi grande que l’Occident et l’Amérique latine ont été lilliputiens. Une géante dans un monde de nains.
(suite…)

0 commentaire