J.O. chinois : médaille d’or de répression, lot de consolation pour la censure

Le battage médiatique, à quatre mois du rendez-vous olympique, est quotidien. Dans une autre situation, l’organisateur des J.O. aurait donc eu de quoi se réjouir; difficile pourtant de croire que cette publicité, très négative, est une aubaine. Difficile de croire aussi qu’elle pourra se renverser et que, au mois d’août prochain, tout ne sera que sourire et bonne humeur. Non, l’évènement est déjà entâché, et il le restera. Tout au plus pourra-t-on éclaircir la couleur de la salissure, mais le mal est déjà fait. Partant de cette hypothèse, il est très instructif d’observer comment la Chine, pays qui n’est plus communiste mais reste une dictature de parti unique, se démène pour amoindrir le terrible choc porté à son empire et son prestige. Comment le pays de Lao Tseu gère-t-il la levée de boucliers des journalistes, des citoyens et même des Etats ?

Il faut reconnaître un amateurisme infantile dans l’établissement de sa propagande : l’Empire du Milieu a beau se tortiller, il n’y a (pour l’instant) aucune créativité dans ses contre-attaques. La censure et la propagande sont utilisées sans retenues, et le People’s daily – journal officiel – ouvre les vannes de la manipulation comme jamais. Lorsque l’information est trop subversive et difficile à réécrire, le People’s daily fait l’impasse et renonce à la traiter; lorsqu’au contraire, l’information semble plus plastique, on s’engouffre avec délice dans la mythomanie : ainsi, partant du fait que les Tibétains se laissent aller à des meurtres de Chinois (une réalité factuelle), le People’s daily explique que Dalaï-Lama et sa « clique » seraient à l’origine des troubles au Tibet (le mensonge). Censure et manipulation sont servies comme les deux faces d’une même pièce, destinées à acheter l’opinion publique chinoise; malheureusement, cette pièce est l’un trente deniers pris dans la bourse de Judas Iscariote, et finira par se retourner contre celui qui s’est servi.

En premier lieu, la censure des évènements du Tibet est matériellement intenable; le black out imposé sur le moteur de recherche « google » (sur le mot « tibet » notamment) est facilement contournable. Mot mal orthographié (quid d’une recherche sur « tibét », renvoyant 57 millions de pages ?), utilisation d’autres moteurs de recherche, vidéos à la demande sur youtube ou dailymotion, communication sur d’autres outils internet que le web (email, chat, réseaux sociaux, etc) voue à l’échec une telle stratégie. Au contraire, cacher de manière aussi ostentatoire ne fait qu’aviver la curiosité; en entrant dans l’arène de la communication électronique, la Chine s’est condamnée à en accepter les règles libertaires numériques. C’est pourquoi elle a récemment lâché du lest, en proposant l’envoi d’une dizaine de journalistes internationaux au Tibet. Des journalistes qui seront aussi libres au pays du Dalaï-Lama qu’ils ne le sont en Irak, soit; mais qui rapporteront, à n’en pas douter, entre les lignes, des évènements contradictoires avec le discours officiel. Une balle dans le pied, mais que Beijing était obligé de se tirer.
(suite…)

2 commentaires

La Chine tombe dans le piège des droits de l’homme

Les Etats-Unis viennent, bien malgré eux, de tendre un piège magistral à la Chine. Condolezza Rice, en abaissant d'un niveau la catégorie de violeur des droits de l'homme de l'Empire du Milieu, a provoqué une réaction de ce dernier en deux temps : ce fut d'abord sur la défensive que la Chine rétorqua ne pas commettre de violations, puis il fit place à l'attaque : les USA seraient eux-mêmes des violeurs de ces mêmes droits. Alors que la naissance du conflit portait sur une rétrogradation, portant à croire que la Chine viole moins les droits de l'homme (ce dont Rice…

1 commentaire

La Chine n’est officiellement plus communiste

Bien que restant autoritaire, liberticide et pollueuse, la Chine a abandonné officiellement ses restes de communisme; l'Empire du Milieu a adopté à une majorité écrasante dans la journée du 16 mars 2007 une loi sur la propriété privé, mettant celle-ci à égalité avec la propriété publique. En d'autres termes, les biens privés sont aujourd'hui aussi importants que les biens publics dans un pays qui n'a décidément plus grand chose à voir avec le pays du Grand Timonier. Les propos que tiennent les hauts responsables politiques auraient été impensables il n'y a ne serait-ce qu'une décennie : "[les gens] réclament de…

6 commentaires

La discrimination en Chine

La Chine a pour principe bien connu le slogan 'un pays, deux systèmes', une référence à Taïwan, mais aussi à toutes les régions où s'expriment des vélléités indépendantistes. L'intégralité territoriale chinoise ne saurait être remise en question, quelles que soient les positions à l'étranger, quelles que soient les avis à l'intérieur du pays; voilà ce qu'exprime cette doctrine. La propagande chinoise dans ce domaine est un secret de polichinelle : Google a ainsi récemment fait les frais de la volonté dans l'Empire du Milieu d'imposer une histoire officielle. Exemple parmis tant d'autres : le People's daily, quotidien d'information officielle et…

4 commentaires

Recherche caricature chinoise désespérément

J'ai récemment tenté une comparaison - limitée, il est vrai - entre les libertés d'expressions telles qu'exercées par la Chine et l'Iran. Dans le contexte d'emballement autour de la défense du droit à la liberté d'expression, en Occident, il me paraît opportun d'essayer de profiter de la force de cette vague de libéralisme pour faire avancer le libéralisme ailleurs qu'en Occident. Bien que profondément opposé à la lecture que de nombreux libéraux autoproclamés se font de la liberté d'expression (encore une fois, nombreux sont les mêmes qui hier s'asseyaient sur les libertés fondamentales telle la torture, au prétexte de la…

0 commentaire

Iran, Chine, des compréhensions de la liberté d’expression convergentes

La journée d'hier a été la démonstration de différentes compréhensions de ce qu'est la liberté d'expression. En Iran, on estime que les nouvelles de la BBC sont trop subversives pour être lâchées en pâture à la population. En Chine, c'est le moteur de recherche Google (www.google.cn) qui collabore avec le gouvernement de Beijing à l'auto-censure. Dans cette deuxième affaire, il convient de faire un rappel : l'article 35 de la Constitution chinoise ((Voir la 4ème Constitution chinoise sur le site web de l'université de Perpignan, qui contient les 3 amendements de l'Assemblée populaire nationale. Ne contient toutefois pas le 4ème…

1 commentaire

Le prix de l’essence…

… et ses réactions stupides.

Le prix de l’essence atteint des records, bien qu’en termes relatifs, il est encore bien en deçà des années 70, lors des crises pétrolières. Il devient cher de se déplacer, cher de se chauffer, et même si pour l’instant, cela ne s’est pas répercuté en inflation, ça ne devrait pas tarder avec le prix actuel.

Le symptôme est visible, et les causes connues : entrée de l’Inde et de la Chine dans les pays massivement consommateurs de pétrole (pression de la demande), peur de la raréfaction de la matière première (toujours pression sur la demande), vaguement une raréfaction de l’approvisionnement, avec l’Irak devenu simple petit exportateur depuis 1991 (phénomène renforcé depuis 2003, raréfaction de l’offre), et plus récemment le cyclone Katrina qui dévaste des rafineries dans le sud des USA (toujours raréfaction de l’offre). Ces 2 derniers phénomènes sont toutefois à relativiser, puisque l’Arabie saoudite ne cesse d’augmenter son exportation de brut, et peut combler quelques déficits passagers. Toutefois, ce n’est pas parce que aujourd’hui la pétromonarchie peut augmenter sa production et obtenir un résultat, que demain ce sera le cas. Ses capacités productives sont quasiment au maximum, et elle ne pourra pas, quelques soient les gémissements occidentaux, quelques soient les pressions exercées par les USA, aller au-delà.

Conclusion ? Le prix de l’essence va augmenter. L’offre peut encore augmenter, l’Irak peut à nouveau redevenir un grand pays exportateur, mais il faut se rappeler qu’au faîte de sa gloire, le pays ne dépassait pas le 10 % de la production mondiale. L’Arabie saoudite, c’est près de 25 %, et elle est en panne. Donc l’offre aura beau monter d’un chouillat, elle ne comblera pas les problèmes matériels de surplus de demande et psychologique de crainte du consommateur. L’essence, plus que jamais, va être chère.
(suite…)

13 commentaires

Brother, l’exploitation et l’acceptation

On sait comment se fait le décollage éco de la Chine, et quel est le prix à payer pour ses habitants. Sous couvert des bonnes vieilles formules économiques, on nous explique que c'est "un passage obligatoire", que "nous aussi on est passé par là". Et comme toujours, on accepte des explications d'une science économique qui ne cesse d'être prise en défaut, qui ne cesse de se planter; on l'accepte quand elle nous permet de fermer les yeux sur la réalité, l'exploitation inhumaine, la famine, l'insalubrité, la torture, et tant d'autres. L'entreprise Brother fait des imprimantes en Chine, et elle les…

0 commentaire