Plaidoyer pour un activisme à tout âge

Je ne cesse de m'interroger face à ces hommes (et certaines femmes) blancs, d'un certain âge, qui se moquent de la jeunesse qui manifeste avec vigueur sur cinq continents pour le climat. Après tout, j'en suis un moi-même, je devrais mieux les comprendre, ces grincheux qui cherchent à percer la moindre contradiction de l'adolescence, qui pourtant en comporte déjà foison, sans avoir à en rajouter une couche supplémentaire. Leur cynisme est si éreintant qu'il m'en fait perdre parfois mon objectivité. Ecoutez-les: Les jeunes sont dans la rue pour demander un monde plus éco-compatible? Qu'ils jettent leurs smartphones, ces hypocrites enfants…

0 commentaire

Le nucléaire, c’est de la bombe !

Il y a des fois où l'on se trouve bien malin d'avoir eu une idée, puis on se rend compte que 3 semaines plus tôt la même idée a été appliquée avec un talent extraordinaire : https://www.dailymotion.com/video/7fd2Pp3LQand8lWGg "Monsanto président" et "le nucléaire, c'est de la bombe", ils ont pris du bon temps les salauds.

8 commentaires

UDC, et xénophobie suisse : et si la meilleure arme était l’humour ? Compte rendu manif à Genève

Sans dessus dessous. Voilà le constat du 8 octobre émit par le New York Times, qui explique que la Suisse, qui se targue de son consensus et son climat politique apaisé, ne correspond plus à l'image qu'elle a toujours cultivé. Un collectif de citoyens genevois a décidé le samedi 6 octobre dernier de brandir bien haut la bannière de l'humour, pour rappeler son attachement à des valeurs très différentes de celles prônées par le premier parti politique de Suisse, l'Union démocratique du centre (UDC). Un parti politique très bien représenté au niveau législatif, exécutif, et qui pourtant dénonce un "complot"…

12 commentaires

La politique démonstrative

La question de l'action hante l'intellectuel, appuyée par des fantômes qu'on peine à ranger dans le placard. Comment combattre pour ses idées, faire passer le message, ses réflexions, transmettre ses valeurs à d'autres, que du haut de son propre piédestal on imagine inférieurs ? Passer dans la résistance, prendre le maquis. Voilà bien une façon de faire de la politique "à la française", qui se traduit par des grèves et des cortèges décorés de banderolles. Le problème, c'est qu'en Hexagone on manifeste bien plus souvent pour défendre ses acquis, que pour montrer son attachement à des valeurs communes. A comparer…

0 commentaire