Parce que comique, c’est ce que je voulais faire petit

Cygnis, le danger du 25 mars 2010 – NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

Les histoires de malédictions et de fin du monde vous font rire aux éclats ? Moi aussi. Mais autrefois. Jadis, j’étais comme vous : déceler le signe de la fin des temps dans des chiffres, dans des malformations infantiles me fendait le visage d’un sourire invraisemblable. Plus maintenant.

Peut-être qu’une telle histoire va paraître chimérique à certains d’entre vous. Dans mon cas, c’est d’ailleurs avec peine qu’elle a pu déchirer le voile quotidien de rationalité dont je me drape. Et pourtant. Rien qu’à relire mes notes et les témoignages que j’ai pu recueillir, seul un fou les remettrait en cause. Je ne suis peut-être moi-même plus très loin de l’asile, à force de recherches et documentation. Mes doutes faiblissent en proportion inverse à l’augmentation de mon insanité; je sais, je sais, mais le monde se trouble, ma pensée s’égare, mes neurones se noircissent de tout ce savoir.

Mais aucune mise en garde ne saura vous faire vaciller, n’est-ce pas ? Vous n’avez peur de rien, c’est ça ? Des histoires du genre, vous les collectionnez et les rangez toutes dans le même tiroir ? Pour vous convaincre que cette histoire est spéciale, et que lire « Cygnis », un ouvrage qui est sur le point de me réduire à l’état de mort-vivant, il va pourtant bien falloir me lire. Une fois lue, cette histoire fera parti de vous comme un gant confortable qui une fois mis s’ajustera si bien à vos doigts qu’il sera impossible de le retirer. Vous atteindrez un niveau de compréhension, une étape dans la connaissance du monde qui vous permettra de lire « Cygnis »; dans la foulée, l’obscurité s’éclaircira, les ténèbres auront une odeur, les mouvements du ciel vous paraîtront suspects. C’est votre dernière chance; vous riez ? Qu’il en soit ainsi.

Depuis plusieurs mois est prévue la sortie d’un ouvrage mystérieux, première publication d’un non moins mystérieux auteur : Cygnis, écrit par Vincent Gessler. Un nom qui immédiatement attira mon attention, comme pour tout Suisse qui se respecte. Guillaume Tell, héros de légende de mon petit pays, fut amené à tirer une flèche sur une pomme posée sur la tête de son fils parce qu’il n’avait pas salué le bailli autrichien Hermann Gessler. Le premier finit par tirer vengeance du second, l’assassinant d’un carreau d’arbalète envoyé en plein coeur. Ce que l’histoire officielle n’enseigne pas, c’est les circonstances entourant la mort de Gessler.
(suite…)

0 commentaire

Oskar, dessine-moi la Suisse du futur

Suisse 2020.

La dernière femme quitte le marché du travail, suite au vote de l’initiative dite « Nous les Suisses, on veut faire comme les chevreuils ». En effet, chez les chevreuils, la femelle se cantonne à élever les petits et s’occuper de la nourriture, rejoignant ainsi les aspirations de l’ancien conseiller fédéral Ueli Maurer pour la gent féminine.

minaret par mandril

Suite à la rupture des bilatérales et au meurtre de l’ambassadeur de l’UE en Suisse par le président à vie Oskar 1er, l’UE ferme ses
frontières avec la Suisse. Le PIB est divisé par deux, puisqu’un franc sur deux est gagné à l’étranger. Comme ce franc gagné avec le commerce international n’est plus disponible, l’économie intérieure s’effondre. Le chômage atteint 57,5%.

Les grandes entreprises quittent la Suisse. Nestlé devient une entreprise britannique, UBS est racheté par Bank of America. Les Etats-Unis peuvent ainsi accéder aux comptes qui les intéressent.

La Roumanie accepte de participer au financement du milliard de cohésion en faveur de la Confédération helvétique. La Suisse n’en bénéficiera toutefois pas, étant donné le rejet définitif de sa demande d’adhésion à l’Union européenne, en raison des violations des droits de l’homme que connaît le pays et de sa trop fragile situation économique. La Suisse et la Turquie s’associent pour dénoncer l’utilisation des droits de l’homme comme critère d’entrée dans l’UE.

Les institutions internationales quittent Genève. Suite à la désertion des riches clients du Golfe, Genève passe du statut de contributeur à celui de bénéficiaire de la péréquation financière. Les cantons primitifs doivent passer à la caisse. Cependant, leur concurrence fiscale effrénée empêche toute contribution réelle de leur part. Le fédéralisme se trouve menacé. Alors que le Rösti Graben idéologique avait disparu depuis longtemps, les problèmes économiques menace de faire exploser la Suisse.

L’UDC uranaise lance une initiative pour se séparer de la Suisse romande et du Tessin et obtient les 100’000 signatures en 6 semaines. Comme le Conseil fédéral est élu par le peuple à la majorité simple depuis l’acceptation d’une initiative de l’UDC, aucun conseiller fédéral – tous sont alémaniques et membres ou sympathisants de l’UDC – ne s’oppose, dans un retour triomphal de la concordance, à cette votation. L’initiative est acceptée par 80% des Alémaniques, alors que les Latins la refusent à 78%. La Suisse se disloque et, finalement, disparaît en tant qu’Etat fédéral. Ce que Kadhafi n’a jamais pu ni voulu faire est réalisé par l’UDC en 15 ans.

L’initiative est acceptée par 80% des Alémaniques, alors que les Latins la refusent à 78%. La Suisse se disloque et, finalement, disparaît en tant qu’Etat fédéral. Ce que Kadhafi n’a jamais pu ni voulu faire est réalisé par l’UDC en 15 ans. Les ténors de l’UDC Suisse déplorent ce vote, mais rappellent que le peuple est souverain. Ils décident donc d’expulser les rares Romands demeurant dans des postes à responsabilité au sein de l’administration et de fermer les frontières de la nouvelle Suisse, alémanique. Les Romands présents y sont considérés comme des réfugiés et traités comme tels. Des charters sont organisés entre Zurich et Genève. En représailles, le Valais se sépare du Haut-Valais.
(suite…)

1 commentaire

Une demande suspecte à l’ambassade américaine : I have a dream…

Adressé ce jour à l’ambassade américaine à Berne, Suisse :

Monsieur l’Ambassadeur,

Le 4 novembre prochain, votre pays va voter pour se doter d’un nouveau président. Ce président, bien qu’appellé théoriquement à régir uniquement la destiné des USA, va dans les faits avoir une influence dépassant le cadre des frontières américaines; en raison de l’impact que peut avoir le futur changement présidentiel au sein des Etats-Unis, je souhaiterais me voir accordé le droit de participer à l’élection de votre nouveau dirigeant.

Votre pays a dépassé le cadre restrictif de l’Etat-nation depuis au moins la Seconde Guerre Mondiale. Ses décisions, depuis, mènent la politique des Etats-Unis, mais également du monde. Sa responsabilité a été accrue depuis la fin de la Guerre Froide, puisqu’il s’est retrouvé seul au gouvernail, capable d’être aussi bien à l’origine de grandes avancées partout dans la planète comme d’y provoquer le chaos.

Les cartes sont distribuées de telle manière qu’aujourd’hui, la route qu’emprunte l’Union creuse le sillon pour les autres pays. Son influence est telle, que les domaines militaires, culturels, économiques ou sociaux s’en retrouvent profondément modifiés par sa seule volonté. A l’heure de la mondialisation accélérée de ces mêmes domaines, accorder un tel pouvoir au dirigeant américain sans consultation plus large que celle effectuée auprès de son seul peuple serait irresponsable. Le pouvoir du futur dirigeant sera très vaste, à l’heure de défis mondiaux comme le réchauffement climatique – et l’environnement de manière générale -, le terrorisme, la globalisation des marchés économiques. Il aura pour devoir d’utiliser sa force d’action de la manière la plus consensuelle et rassembleuse qui soit. Le corollaire d’un grand pouvoir, c’est de l’utiliser avec parcimonie, et pour faire le bien. Et les défis que nous devons relever, en tant qu’espèce humaine, impliquent de pouvoir y répondre avec force, conviction et éthique. Le futur président aura la lourde tâche de non seulement apporter des réponses aux questions américaines, mais également de tous les pays du globe. Il en va de de notre responsabilité vis-à-vis des générations futures, assurément, mais aussi vis-à-vis des générations passées, qui ont affrontées bien des périls pour nous léguer la chance de choisir notre destin.
(suite…)

2 commentaires

ode en do mineur, sans casque de travailleur

Ca ne va peut-être pas te plaire, Mais ch'uis fonctionnaire. Au gré des saisons, Ch'uis au service de la population. Toujours très occupé, Sans être affairé, Quand mes acquis déchaînent les passions, Mon combat est celui de la population. Des malotrus, Me déclarent obtus, Comment les considérer, Si moi-même ch'uis déconsidéré ? On me trouve hargneux, Alors que ch'fais de mon mieux. Je fonds, je fuis, je frappe, Le pouvoir, c'est moi ! Oh, j'ai bien essayé de changer, Mais…

2 commentaires

Le nucléaire, c’est de la bombe !

Il y a des fois où l'on se trouve bien malin d'avoir eu une idée, puis on se rend compte que 3 semaines plus tôt la même idée a été appliquée avec un talent extraordinaire : https://www.dailymotion.com/video/7fd2Pp3LQand8lWGg "Monsanto président" et "le nucléaire, c'est de la bombe", ils ont pris du bon temps les salauds.

8 commentaires

Initiative populaire pour le renvoi des hommes

Chères Suissesses, Chers Suisses, Il n'y a guère d'autre pays au monde où vivent autant d'hommes qu'en Suisse. Si la majeure partie d'entre eux respectent nos lois, on compte un nombre trop élevé d'hommes qui abusent de notre hospitalité. Ils commettent des délits graves, menacent notre propriété et même notre intégrité physique et notre vie. Les hommes sont par nature belliqueux, ils sont statistiquement dangereux; lorsque les statistiques sont une source fiable du danger, qui aurait le mauvais sens de…

5 commentaires

Une fois n’est pas coutume

C'est pas dans l'habitude de ce blog, mais j'ai reçu coup sur coup deux démonstrations scientifiques que Bush et Berlusconi n'ont ni les bonnes manières, ni l'intelligence de l'espèce humaine. Il me siérait d'avoir quelque chose sur Blair l'Anglais. Ou sur Barkozy le Français. Je sais, je sais, tout cela ne vole pas très haut, mais le club des B(etas) agace la planète depuis quelques temps déjà, et si certains ont déjà tiré leur révérences, et que d'autres feraient bien…

1 commentaire

Crédibilité des militaires : étude d’un cas

Hasard des rencontres, un auteur de blog m'a récemment envoyé à la figure un blog tenu par un militaire, qui se trouvait être une personne que je suivais de loin depuis 2-3 ans. Et l'un de mes proches amis, évoquant récemment cet individu, que nous suspections tous deux d'avoir été trop souvent tenté par les jugements hâtifs, a porté à ma connaissance un article écrit par Ludovic Monnerat (car c'est de lui dont il s'agit) sur le site qu'il anime…

8 commentaires