Pourquoi l’écologiste qui s’engage se doit d’être Vert-e

Aux côtés du lieu commun qu'est la sempiternelle phrase "c'est l'atome ou la bougie", le militant vert se voit opposer un autre grand classique : pourquoi "l'écologie" devrait-elle s'intégrer dans la politique ? Pourquoi un parti Vert, plutôt que des partis tentés de vert ? L'écologie n'aurait ainsi pas sa place dans un monde gouverné par l'axe gauche-droite, l'écologie ne devrait pas se plier aux règles idéologiques de la sphère politique. Pour autant que l'idée d'une dépolitisation de l'écologie paraisse séduisante - tous les partis pourraient ainsi intégrer la perspective écologique dans leur programme - on se rend pourtant rapidement…

0 commentaire

Arrière-garde: la constitution se dote du nucléaire à Genève (Crey-Malville 1: Genève 0)

On pensait le débat d’arrière-garde; il n’en est rien, les partis de droite ont décidé la semaine dernière de réintroduire le nucléaire dans le petit canton de Genève par la grande porte, par la constitution. Et comme on va le voir, l’hypocrisie fait office de seul argument.

Rappel des faits partial mais non partiel : depuis 2009, le canton de Genève réécrit sa constitution. Vieille de 1847, considérée comme dépassée, il a été décidé de la dépoussiérer. Avec pour résultat, selon le parti des Verts, une régression sociale et, aujourd’hui, environnementale. En voici le communiqué de presse, suite au vote des constituants qui ont choisi de réintroduire le nucléaire dans le canton de Genève :

Constituante: Les Verts passent dans l’opposition

Après la régression sociale, la régression environnementale

La droite, majoritaire à la Constituante, a supprimé, hier 30 septembre 2010, la garantie constitutionnelle anti-nucléaire sur l’énergie en rayant l’article de l’actuelle Constitution qui enjoint les autorités cantonales à s’opposer par tous les moyens au nucléaire, élément fondateur et structurant de toute la politique énergétique du canton. Les Verts dénoncent avec force cette remise en cause frontale de la politique énergétique menée ces 25 dernières années à Genève suite à l’adoption de l’initiative « L’Energie notre affaire ».

Pour les Verts, un fossé béant est en train de se creuser entre les aspirations de progrès social et environnemental de la population genevoise et la vision purement libérale et économique de la droite genevoise à la Constituante. La position des Verts est désormais claire : en l’état ils s’opposent au projet de Constitution.

La droite vide largement de son sens les indispensables efforts que l’Etat doit entreprendre en faveur des économies d’énergie, des énergies renouvelables et de la lutte contre les gaz à effet de serre. Elle ajoute ainsi à son forfait une série de thèses lénifiantes, rejetant notamment toute référence aux accords internationaux en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre : «Les autorités mettent en place des politiques propres à réduire les gaz à effets de serre conformément au droit fédéral». Cette régression est un comble pour un canton qui avait montré la voie en adoptant, en 1986, un des textes les plus novateurs en la matière.

Il va sans dire que la constituante a franchi une nouvelle étape vers le gouffre. Après le refus de l’égalité entre femmes et hommes, le démantèlement du droit au logement et d’autres votes du même type, comme l’interdiction faite aux fonctionnaires de siéger au Grand Conseil, le groupe des Verts&Associatifs dénonce, une fois de plus, ce travail de sape constitutionnel qui s’apparente, chaque jour un peu plus, à une entreprise de régression systématique.

Gageons qu’à l’aune de ces régressions, le choix du peuple genevois vis-à-vis de cette nouvelle Constitution en sera facilité.

(suite…)

0 commentaire

Etre climatosceptique est dangereux et irresponsable

"Sapience n'entre point en âme malivole, et science sans conscience n'est que ruine de l'âme", écrivait Rabelais dans Pantagruel. Phrase avant-gardiste, teintée d'humanisme, mais qui a le mérite, comme il en est pour toute phrase symboliquement forte, de pouvoir être utilisée par tous. A la replacer dans son contexte, où Rabelais prévoyait plusieurs prières quotidienne dans l'éducation de son Gargantua, elle devient soudainement beaucoup moins sympathique. J'en garderai toutefois son interprétation contemporaine, issue des dérives humanistes que la science nous a parfois apportées, pour rappeler ceci : un scientifique ne s'extrait pas, par miracle, du débat politique. Lorsqu'il affirme détenir…

14 commentaires

L’option nucléaire : communiqué des Verts suisses

Comme le pronostique la FEDRE, le nombre de centrales atomiques dans le monde devrait doubler d'ici 2030. Le modèle français, que l'on dénigre dans le monde lorsqu'il concerne l'emploi, semble sur le plan énergétique avoir le vent en poupe. Le gouvernement suisse vient de présenter ses conclusions : le nucléaire serait un passage obligé. Passant de Charybde en Scylla, il semble qu'on ait vraiment de la peine à ouvrir les yeux sur les économies d'énergie facilement réalisables, engoncés dans un modèle économique d'où il semble impossible de sortir aujourd'hui. De manière simple, les Verts suisses ont récemment expliqués que les…

3 commentaires

Laissez travailler les Européens qui se lèvent tôt ! Tant que le soleil se lève, du moins.

Les débats autour de la fiscalité reprennent en Europe, après une bonne décennie de (relative) tranquillité. Tristement, à une décade d'écart, ce sont les mêmes rengaines autour de l'imposition. Car harmoniser la fiscalité, en Europe, c'est au moins aussi compliqué que d'avoir un embryon de constitution. Les droites veulent baisser les impôts directs, les gauches les stabiliser, voir les augmenter. Pourquoi ? Parce que les droites sont libérales : c'est à dire qu'elles espèrent qu'en diminuant les impôts directs (taxe sur le revenu), l'incitation à travailler se fera plus vive. En effet, lorsqu'on voit le résultat en espèces sonnantes et…

7 commentaires

Ni de droite ni de gauche, les Verts ? Pas si simple…

Par manque de temps - et peut-être de motivation - je n'ai pas pu faire paraître dans l'une des éditions du HEI Comet un débat qui me tenait à coeur, à savoir si l'écologie était de droite ou de gauche. Sous la forme de débat, j'aurais souhaité démontrer que bien que non partisanne par définition, la politique écologiste implique une sensibilité politique ancrée à gauche. Récemment, le Secrétaire général du parti des Verts suisses s'est fendu d'un article que j'ai trouvé limpide, et qui contient je pense tous les arguments démontrants que l'écologie ne peut s'incarner que dans un parti…

8 commentaires

Redistribution des cartes en politique : les Verts s’imposent en Suisse romande

Lorsque l'analyste ou le journaliste commente un événement relatif au parti des Verts, il est de bon ton de débuter par un jeu de mots. Je sacrifierai toutefois à cette tradition, qui a tendance à infantiliser un parti qui n'a plus rien d'un débutant. En effet, les Verts se sont non seulement professionnalisés, pouvant prétendre aux élections législatives un peu partout en Europe, mais ils sont entrés par la grande porte dans des gouvernements européens (jusqu'à occuper le ministère des affaires étrangères en Allemagne, avec Joska Fischer), conquérant ainsi l'exécutif. Depuis les années 60 et la réflexions des scientifiques du…

0 commentaire