Le triomphe de Heidi

C’est l’histoire d’une jeune fille amoureuse de la montagne. Entourée de ses vaches, dansant sur le yodel, elle n’avait de cesse que de fourrer ses lèvres dans ces instruments oblongs pour en sortir la longue plainte propre à réveiller toute la vallée. Rieuse et joueuse, elle partageait avec l’impératrice Sissi un goût pour l’indépendance, la sincérité et la simplicité. Heidi la rebelle goûtait aux nourritures du terroir, un fromage brut sans chichi, une viande dont elle préférait oublier la provenance – elle avait passé l’été à jouer avec la belle Jahrhundert dite « la cornue », elle ne saurait l’imaginer dans son assiette. Elle évitait de fricoter avec ceux de la ville, dont le discours ennuyeux la détournait de la magnificence des pics enneigés qui s’offraient à elle. Ces industriels qui lui parlaient de progrès technique et scientifique alors qu’elle contemplait une nature pure, n’avaient aucun intérêt pour elle. Ses vaches grasses, ses fromages laiteux, ses vallées intactes suffisaient à rendre heureuse Heidi. Heidi court dans l'herbe des Alpes suissesSauf que ce bonheur et cette simplicité n’étaient que sur papier; Heidi était une fille pauvre, famélique, le cinquième enfant d’une famille de dix individus. Sous la pression de la faim, après avoir mangé Jahrundert et toute sa descendance, Heidi quitta ses vertes ou blanches vallées pour la ville, dans l’espoir d’une vie meilleure.
(suite…)

0 commentaire

L’ambassadrice Laura Dupuy Lasserre rappelle au Bahrein l’importance de protéger les défenseurs de droits de l’homme

laura dupuy lasserre préside le Conseil des droits de l'hommeDans un acte de courage remarquable, l’ambassadrice Laura Dupuy Lasserre (présidente du Conseil des droits de l’homme) a profité de l’adoption du rapport lié à l’Examen périodique universel (EPU) du Bahreïn pour faire part de sa préoccupation à M. Salah Bin Ali Mohamed Abdulrahman, Ministre d’État aux droits humains du Bahreïn. La présidente du Conseil a en effet été informée qu’une campagne de presse menaçant les défenseurs de droits humains était en cours au Bahreïn, et que les défenseurs des droits humains qui ont participé à l’EPU étaient accusés dans la presse du pays d’être des « traîtres ». Mme Dupuy Lasserre a rappelé qu’une telle opération « [était] inconsistante avec l’esprit de la participation démocratique, qui est à l’origine du mécanisme de l’Examen périodique universel ». Elle a terminé sont intervention en citant les nombreux noms des défenseurs touchés par la campagne de presse diffamatoire, en indiquant que cela permettrait de s’assurer que ces individus ne soient pas molestés une fois de retour chez eux, et de suivre si l’État du Bahreïn se conformait correctement à son devoir de protéger la liberté de la presse et d’empêcher toute représailles contre cette dernière.

L’Arabie Saoudite, le Yémen, la Biélorussie et le Koweït ont pris la parole sous couvert de règles procédurales pour, au final, s’insurger que l’on parle de droits de l’homme dans l’enceinte du Conseil des droits de l’homme. Aucun pays « progressiste » n’a eu le courage de soutenir l’intervention de l’ambassadrice uruguayenne.

On voudra donc bien se rappeler à l’avenir le courage de Mme Dupuy Lasserre, encore en charge de présider le Conseil jusqu’au mois de décembre 2012. Et très vite oublier la lâcheté des pays occidentaux présents dans la salle. Il faut savoir qu’au Bahreïn, depuis 2011, les journalistes et défenseurs de droits humains se font régulièrement assassiner. Qu’ils sont forcés à l’exil. Que leur vie et celle de leur famille est constamment menacée. Lorsque l’Union européenne, si fière de sa politique extérieur en matière de droits humains, ne prend pas la parole, on se sent presque aussi honteux que la délégation bahreïnienne, regardant ses chaussures en quittant la salle.

Le silence dans lequel les hommes et femmes meurent au Bahreïn est assourdissant. L’ambassadrice Laura Dupuy Lasserre, dans un acte peu policé, aux conséquences pour la diplomatie uruguayenne très imprévisibles, a choisi d’élever la voix. Cette femme a été aussi grande que l’Occident et l’Amérique latine ont été lilliputiens. Une géante dans un monde de nains.
(suite…)

0 commentaire

Tchad: Daniel Deuzoumbé Passalet avertit le régime d’Idriss Deby

Daniel Deuzoumbé Passalet, leader de la société civile et président de l’association  » Droits de l’Homme Sans Frontière (DHSF) » au Tchad

Suite à une déclaration faite sur Radio France Internationale (Rfi), dans l’affaire de Matta-Léré, M.Daniel Deuzoumbé, leader de la société civile, qui préside à la tête de l’Association tchadienne des Droits de l’Homme Sans Frontière (DHSF), a été interpellé le 19 décembre 2011 par M.Mahamat Saleh, procureur prés le Tribunal de première instance de Ndjaména. Il a été auditionné, arrêté à la police judiciaire avant d’être transféré puis détenu arbitrairement pendant deux semaines au tristement célèbre bagne de Moussoro à 300 km de Ndjaména.
Libéré à l’approche des fêtes de fin d’année, il nous a accordés une interview dans laquelle, il critique, dénonce et pointe du doigt, Me Bernard Padaré comme le premier responsable de son incarcération.

Il s’insurge contre l’absence de liberté d’expression et d’opinion au Tchad, la menace qui pèse sur les citoyens qui souhaitent s’exprimer librement dans un espace politique de plus en plus verrouillé.
Il conseille au régime d’Idriss Deby de lire les signes du temps et d’éviter de limiter l’espace des libertés publiques aux citoyens avec des pratiques discriminatoires et autres actes provocateurs. Car le printemps arabe est un indicateur non négligeable et que rien ne peut arrêter la volonté populaire.

Par ailleurs, le défenseur des droits de l’homme tchadien attend de la France de réfléchir au changement politique au Tchad. Car, dit-il, le peuple tchadien aspire à ce changement et que Paris doit se rapprocher des peuples d’Afrique pour s’éloigner des dirigeants autocrates et véreux qui persistent à se maintenir au pouvoir par des moyens antinomiques aux règles
élémentaires du jeu démocratique.

Interview réalisée par Makaila Nguebla:
(suite…)

0 commentaire

Pourquoi l’écologiste qui s’engage se doit d’être Vert-e

Aux côtés du lieu commun qu'est la sempiternelle phrase "c'est l'atome ou la bougie", le militant vert se voit opposer un autre grand classique : pourquoi "l'écologie" devrait-elle s'intégrer dans la politique ? Pourquoi un parti Vert, plutôt que des partis tentés de vert ? L'écologie n'aurait ainsi pas sa place dans un monde gouverné par l'axe gauche-droite, l'écologie ne devrait pas se plier aux règles idéologiques de la sphère politique. Pour autant que l'idée d'une dépolitisation de l'écologie paraisse…

0 commentaire

Syrie: Vote en faveur l’établissement d’une commission d’enquête au Conseil des droits de l’homme

Au cours de la session spéciale du Conseil des Droits de l'Homme des lundi et mardi 22-23 août 2011, 33 pays se sont prononcés en faveur (4 contre et 9 abstentions) de l'établissement d'un commission d'enquête sur les violations commises par le régime de Bachar al-Assad. Il était difficile de faire plus, puisque le Conseil n'est qu'un organe subsidiaire rapportant à l'Assemblée Générale des Nations Unies. Compte tenue des circonstances (plus de 2000 morts selon Navy Pillay, la Haut Commissaire…

1 commentaire

Initiative extrême droite: l’usine à Breivik

Encore une initiative, encore liée à l'immigration, encore tapageuse. L'UDC suisse, mouvement politique ouvertement d'extrême droite qui a l'étrange particularité d'être le premier parti helvète, revendique sans gène aucune son lien avec Anders Breivik, le Norvégien récemment passé berserk comme dans une saga nordique: C'était donc ça. A force d'avoir ce discours xénophobe, simplificateur, les extrêmes droites sont devenues des fabriques à extrémistes. Peut-être faudrait-il songer à fermer ces usines.

0 commentaire

Egypte : la grande occasion manquée

Ça y est, le décor est définitivement posé. Après avoir vainement espéré rester encore quelques temps au pouvoir, le président Moubarak a lâché les reines du pouvoir au pays des Pharaons. Des milliers, des millions d’Égyptiens ont eu sa peau : l’Égypte, à la suite de la Tunisie, souhaite expérimenter la démocratie en terre d’Islam. Je me souviens d’un égyptologue égyptien me racontant il y a quelques années de cela que l’Égypte était fière d’avoir obtenue son indépendance avec Moubarak, soumise qu’elle était à des peuplades étrangères depuis près de 3000 ans. Je réalise combien sa fierté était mal placée : si l’indépendance gouvernementale était effectivement acquise depuis Moubarak, l’indépendance populaire restait, elle, en gestation. L’accouchement tant attendu, avec douleur certes, mais bien en-deçà de ce que nos fantasmes prévoyaient, a eu lieu vendredi 11 février 2011. La renaissance de l’Égypte internationale n’aura été qu’un prélude à la renaissance nationale. L’enfant est robuste, 85 millions d’habitants, il se porte bien et est plein d’espoir; nous attendrons toutefois pour diagnostiquer son avenir encore quelque temps. Mais un avenir, le Peuple égyptien peut en avoir un. Il peut le gâcher, mais ne parlons pas de malheur lors d’un évènement aussi magnifique qu’une mise au monde.

Les Égyptiens ont su saisir leur chance. Inspirés, suivant leur instinct, ils ont saisi une opportunité sur laquelle personne n’aurait misé un sou il y a 4 semaines. Mes félicitations pour leur intelligence, leur courage, leur retenue. Habités par une maturité politique difficile à concevoir pour un peuple soumis à la dictature, ils ont meublé leur révolution alors qu’ils étaient dépourvus de tout matériau. Admiration, joie et respect forment le seul triptyque devant modeler notre vision de l’Égypte en ce jour d’apothéose.
(suite…)

0 commentaire

Wikileaks: comment accéder au monde paradoxal de la liberté de l’information

Le débat sur la société de l'information connaît un tournant spectaculaire en cette année 2010 : wikileaks restera définitivement comme un site internet qui aura fait bouger les lignes de démarcation entre Etat et presse. Les États-Unis ont laissé fuir une quantité invraisemblable de câbles diplomatiques (plus de 250'000), s'étalant sur la période allant de 1966 à 2010. La correspondance entre les ambassades et Washington a été mise à plat : ce que les diplomates pensent des chefs d'États étrangers,…

1 commentaire