• Post published:5/1/2005
  • Post category:Général

Liberté des médias



« Le métier de TF1, c’est d’aider Coca Cola, par exemple, à vendre son produit. Or, pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du spectateur soit disponible: c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible »

Patrick Le Lay, PDG de TF1

Lorsque les dirigeants eux-mêmes savent qu’ils font de la merde, le déclarent ouvertement (même si Le Lay ne s’attendait pas à ce que cette phrase ait un retentissement aussi grand), je trouve incompréhensible que des *consommateurs* se mettent à défendre ces télés. Il faut arrêter avec le discours « chacun est assez grand pour choisir », lorsque le seul objectif non seulement latent mais AVOUE est d’abrutir des masses bêlantes de téléspectateurs.

—-
Le premier mois, vous proposez à un chien deux pièces de viandes, l’une plus grosse que l’autre. Bien entendu, vous faites en sorte qu’il ne puisse manger les deux, et donc qu’il doive faire un choix. Toujours, il choisira le steak le plus important pour son déjeuner.

Le second mois, vous lui proposez un steak sain, et un steak faisandé, bien évidemment il choisira le steak sain puisqu’il a un flair suffisamment développé pour remarquer la mascarade.

Troisième mois, vous le forcez à choisir entre deux steaks faisandés de taille inégale. Il prendra le plus gros, par dépit. S’il ne touche aucun des deux, continuez jusqu’à ce qu’il fasse un chois.

Quatrième, cinquième et sixième mois, même chose. Le canin portera son choix sur la plus grosse pièce de viande. S’il avait hésité au troisième mois, porté par la faim il n’hésitera plus.

Enfin, le septième mois, vous lui proposez une grosse pièce de viande faisandée et une toute petite saine. Il choisira la faisandé, dans la mesure où les mois précédents lui ont appris à en apprécié le goût, et que sa taille imposante ne le favorise que davantage.
—-

Pour la télévision, c’est la même chose. On nous habitue à apprécier de la merde, et on nous la vend au prix fort. Peu importe, puisque nous en avons pris l’habitude, et même l’initiative d’une chaine réellement culturelle comme Arte passe aux oubliettes.

Sauf pour certains, bien sûr, mais ils sont minoritaires. La stupidité n’est pas innée, mais acquise.

Laisser un commentaire