Coronavirus, le monde d’après : La liberté des uns passe par la liberté des autres

Il est temps de réfléchir. Pour tous les pays où l'Etat d'urgence ou de nécessité a été déclaré, nous n'avons plus que ça à faire. Penser le monde, nous penser nous-même. On nous enlève le bien le plus précieux qui soit - au nom du bien commun - notre liberté chérie. Notre droit de profiter du soleil radieux, de l'échange impromptu avec un voisin, et de rire de l'enfant qui pose une question brute et déplacée dans la rue. Jouïr du plaisir quotidien de ces petites choses qui font la vie nous est dorénavant refusé. Nous sommes dans une prison…

0 commentaire