Comment Jean Ziegler se fit élire au Conseil des droits de l’homme

Un article soupçonneux sur la récente élection de Ziegler, qui passe de rapporteur spécial sur l’alimentation au Conseil consultatif du Conseil des droits de l’homme. Mais comment pourrait-il en être autrement, avec l’homme qui voit des complots partout ?

Jean Ziegler le vieuxJean Ziegler est connu pour ses engagements sociaux et politiques, sa fougue à défendre la veuve et l’orphelin, ses appuis dans la société civile et dans les pays en développement. Sans oublier son opposition virulente aux carburants issus de l’agriculture. Il en a récolté le fruit le 26 mars lors de son élection triomphale au comité d’experts du Conseil (voir encadré). Il finira pourtant son mandat de rapporteur sur l’alimentation par une curieuse concession aux carburants « verts » brésiliens.

En octobre 2007 à New York, le rapporteur des Nations Unies sur le droit à l’alimentation critiquait en effet sévèrement la production d’agrocarburants, y compris au Brésil où, écrit-il, « le Mouvement (…) des sans terre a déjà dénoncé « l’esclavage » auquel sont soumis les ouvriers de certaines plantations ».

(suite…)

1 commentaire

La montée du populisme en Europe : la gauche s’autocongratule

Pour ouvrir le Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), et prolongeant la diffusion du film La machine populiste (Jean-Pierre Krief, 2007), un débat était organisé ce vendredi 7 mars autour de la montée des populismes sur le Vieux continent. Une semaine de films consacrés aux droits de l’homme, le festival est résolument engagé, et contient une affiche des plus prometteuses : Carmen Castillo, Oskana Chelysheva, Aye Chang Naing, pour ne présenter que la devanture. Alléchant, car la qualité est épaulée par la quantité de courts, moyens et longs métrages, de films et de documentaires. On se dit, au moins sur le papier, qu’on va apprendre bien des choses. Mais est-ce le cas ?

fifdh01

Ca commence mal. Le documentaire La machine populiste est un affront fait à l’intelligence des spectateurs. Un pamphlet sans créativité qui, sous prétexte de dénoncer les idées populistes de l’extrême droite, a une forme insupportable et un fond inexistant. Durant 52 minutes, on attend un argument. Une enquête. Une information. Autre chose que des gros plans suggestifs et subjectifs des leaders honnis par une assemblée soucieuse des droits humains, des images baignant dans une musique suffisamment noire pour bien faire comprendre au spectateur que c’est le mal incarné qui est à l’écran. Ralentis, discours coupés à la seconde près, aucun recul, on se croirait pris dans la tourmente d’un quelconque film de propagande de l’ancienne RDA. Le rideau se ferme, le calvaire prend fin, la prise d’otage est terminée : le public est enfin libre de penser ce qu’il veut, la chape de plomb se lève. Le sens critique refait surface.
(suite…)

2 commentaires