Les légendes des origines des Incas

Les Incas du Pérou ont eu deux légendes différentes pour expliquer leurs origines mythologiques, toutes deux partageant les mêmes éléments centraux. La première fait référence à Manco Qapaq et Mama Ocllo, un couple surgi du lac de Titicaca. La seconde narre comment parmi quatre frères Ayar, Ayar Manco fonda la capital inca, Cusco. Il faut savoir que si ces histoires et bien d’autres ont traversé les siècles, c’est grâce à la plume et aux traductions réalisées par Inca Garcilaso de la Vega, le premier inca métisse, né d’un capitaine espagnol et d’une princesse royale inca. Il fut le premier à maîtriser parfaitement l’espagnol et le quechua, et dans son oeuvre écrite en prose « Commentaires royaux des Incas » il conte l’histoire de l’empire inca, de sa naissance à sa destruction par les Espagnols. Voici ces deux légendes traduites de l’espagnol en français par mes soins.

La première légende des origines inca: Manco Qapaq et Mama Ocllo

Incas la légende des origines de Manco Qapaq
Peinture du musée Inka de Cusco sur la légende Manco Qapaq

… Il fut un temps où les hommes étaient dans un retard déplorable : ils vivaient à l’état sauvage. Un jour, le dieu le soleil a eu pitié d’eux et décida d’envoyer deux de ses enfants pour les civiliser. Dans ce but, il déposa Maco Cápac et Mama Ocllo sur le lac Titicaca. Ils avaient reçu de leur père, le soleil, la commission d’établir un royaume où coulerait le sceptre d’or qu’il leur avait donné. Ils quittèrent le lac et prirent le chemin qu’ils avaient choisi. Quand ils se reposaient pour dormir ou prendre leur nourriture, ils devaient enfoncer le sceptre d’or dans le sol selon les indications données par leur père le soleil.

En atteignant la colline Huanacaure, le sceptre s’enfonça. Maco Cápac et Mama Ocllo s’installèrent à cet endroit et convoquèrent les habitants pour commencer leur travail de civilisation. Manco Cápac enseigna aux hommes l’agriculture et les arts de la guerre ; Mama Ocllo enseigna aux femmes à tisser, à confectionner des habits et à faire leur propre ménage. Les hommes, reconnaissants, adoraient le couple comme s’ils étaient les enfants du dieu soleil. C’est ainsi qu’ils fondèrent Cusco, un nom quechua signifiant le « nombril du monde ». Les enfants et les descendants de ces premiers souverains furent reconnus comme les dirigeants absolus de tous ceux qui se trouvaient sur leur territoire …

…Hubo un tiempo en que los hombres estaban en deplorable atraso : vivían en estado salvaje. Un día, el dios sol se apiadó de ellos y decidió enviar a dos de sus hijos para civilizarols, con est fin, puso en el lago Titicaca a Maco Cápac y Mama Ocllo. Ellos habían recibido de su padre, el sol, el encargo de establecer un reino allí donde se hundiera el cetro de oro que les había dado. Salieron del lago e iniciaron el camino que eligieron. Cada vez que descansaban par dormir o tomar sus alimentos, debían hincar el suelo con el cetro de oro según las indicacions que les dio su padre el sol.
Al llegar al cerro Huanacaure se hundió el cetro. Maco Cápac y Mama Ocllo se instalaron en dicho lugar y convocaron a los pobladores par iniciar su labor civilizadora. Manco Cápac enseño a los hombres el cultivo y las artes de la guerra : Mama Ocllo enseño a las mujeres a tejer, hacer vestidos y otros que haceres proprios del hogar. Los hombres, agradecidos, adoraron a la pareja como si fuesen los hijos del dios sol. Así fue como fundaron el cusco, nombre quechua que significa « ombligo del mundo ». Los hijos y descendientes de estos primeros soberanos fueron reconocidos como governantes absolutos de todos que se hallaban en su territorio…

La deuxième légende des origines inca: les quatre frères Ayar

Incas tableau sur la légende des frères Ayer
Peinture du musée Inka de Cusco sur la légende des quatre frères Ayer

Sur la montagne Pacaritambo (douze lieues au nord-ouest de Cuzco), les frères Ayar apparurent après la grande inondation qui avait tout dévasté. Quatre hommes et quatre femmes quittère la montagne appelée « Tampu Tocco » : il s’agissait d’Ayar Maco et son épouse Mama Ocllo; Ayar Cachi et Mama Cora; Ayar Uchu et Mama Rahua et, enfin, Ayar Auca et son épouse Mama Huaco.

Voyant l’état de la Terre et la pauvreté du peuple, les quatre hommes décidèrent de trouver un endroit plus fertile et prospère pour s’installer. Ils emmenèrent avec eux les membres de dix ayllus (une organisation inca qui regroupait dix familles) et se dirigèrent vers le sud-est.

Mais une première altercation eut lieu entre Ayar Cachi, un homme fort et courageux, et les autres. Ses frères le jalousaient et voulurent le tuer. Avec ce plan en tête, il lui ordonnèrent de retourner dans les cavernes de Pacarina (signifiant en Quechua le « lieu des origines ») pour chercher des graines et de l’eau.

Ayar Cachi entra dans la grotte de Capac Tocco (fenêtre principale de la montagne « Tampu Tocco ») et le domestique qui l’accompagnait ferma la porte d’entrée avec une grosse pierre … Ayar Cachi ne put jamais en sortir.

Les sept frères et sœurs restants, suivis des Ayllus, continuèrent leur chemin et arrivèrent sur la colline de Huanacauri, où ils découvrirent une grande idole en pierre éponyme. Remplis de respect et de peur devant cette idole, ils entrèrent dans le lieu où elle était adoré.

Ayar Uchu sauta sur le dos de la statue et fut immédiatement pétrifié, faisant partie devant la sculpture. Il conseilla à ses frères de continuer le voyage et leur demanda de célébrer en sa mémoire la cérémonie du huarachico, ou « initiation des jeunes ».

Au cours du voyage, Ayar Auca fut également transformé en statue de pierre, dans la pampa du soleil. Ayar Manco, accompagné de ses quatre sœurs, arriva à Cusco où il trouva de bonnes terres ; sa canne s’enfonça facilement mais il ne put la retirer sans effort, ce qui était bon signe. Enthousiasmé par l’endroit, ils décidèrent de rester.

Ayar Manco fonda ensuite une ville, au nom du créateur Wiracocha et au nom du soleil. Cette ville était Cusco (« nombril », en Quechua), la capitale de Tawantinsuyo.

Similitudes entre les deux légendes et ce que l’on sait des origines incas

L’analyse des deux légendes renvoit des similitudes qui sont le coeur de la mythologie inca.

Le couple civilisateur des Incas, Manco et Ocllo, provient d’autres vallées plus éloignées ; il s’agissait donc certainement d’une armée étrangère. Leur technologie était supérieure à celle des locaux – ils seraient venus les « civiliser » – et ont dû rencontrer une faible résistance, puisque les futurs Incas leur apprenent l’art de la guerre, sous-entendu leur techniques militaires étaient bien plus avancées. Le Soleil était déjà l’un des dieux principaux, l’importance de la femme comme partie prenante du pouvoir, et la mention du dieu omnipotant Wiracocha tendent à les identifier comme une tribu wari. Wiracocha est un dieu suprême et total mythologique, ni homme ni femme, qui serait sorti du lac Titicaca, aurait donné naissance au soleil et à la lune, et aux humains. Ce sont des indices limités mais qui confirm0ent superficiellement que l’origine des Incas est très imprégnée de la culture wari (600-1000/1200 de notre ère), une culture guerrière impérialiste qui avait adopté Wiracocha comme déité suprême – que la plupart s’accordent à rapprocher de la déité figurant sur la stèle Raimondi de Chavín de Huántar. Premier empire sud-américain qui s’étend par la force de l’épée, les Waris sont un creuset de ce que deviendront plus tard les Incas impériaux.

Nous ne savons que très peu de deux cultures qui occuperont la région de Cusco à la suite du déclin de l’empire wari (entre 900 et 1000 de notre ère), à savoir les Lucre et les Killke. On les a longtemps identifiés à des proto-incas, jusqu’à ce que l’on reconnaisse qu’il s’agissait de phénomènes culturels propres. On suppose qu’il auraient occupé la région de Cusco de 800 à 1200, à cheval donc avec les Waris. Puis, sans que l’on sache avec précision la date – mais bien après le déclin des Waris, Manco Cápac/Ayer Maco le civilisateur et ses tribus s’imposent dans la région de Cusco pour établir ce qui deviendra le plus grand empire préhispanique des Amériques !

Sobre la montaña Pacaritambo (doce lugares al Noroeste de Cuzco) aparecieron los hermanos Ayar después del gran diluvio que había desvastado todo. De la montaña llamada « Tampu Tocco » partieron cuatro hombres y cuatro mujeres: era Ayar Maco y su mujer Mama Ocllo; Ayar Cachi y Mama Cora; Ayar Uchu y Mama Rahua y finalmente, Ayar Auca y su esposa Mama Huaco.
Viendo el estado de la tierras y la pobreza de la gente, los cuatro hombres decidieron buscar un lugar más fértil y próspero par instalarse. Llevaron con ellos a los miembros de diez ayllus (organización inka que agrupaba diez familias) y se dirigieron hacia el sudeste.
Pero un primer altercado se produjo entre Ayar Cachi, un hombre fuerte y valiente, y los demás. Sus hermanos lo celaban y quisieron matarlo. Con ese plan, le ordenaron volver a las cavernas de Pacarina (se llama así, en Quechua, al lugar de los orígines) a buscar semillas y agua.
Ayar Cachi entró en la caverna de Capac Tocco (ventana principal de la montaña « Tampu Tocco ») y el sirviente que lo acompañaba cerrõ con una gran piedra la puera de entrada… Ayar Cachi jamás pudo salir de allí.
Los siete hermanos y hermanas restantes, seguidos de los Ayllus, prosiguieron su camino y llegaron al cerro Huanacauri, donde descubrieron un gran ídolo de piedra con el mismon nombre. Llenos de respeto y de temor frente a este ídolo, entraron al lugar donde se le adoraba.
Ayar Uchu saltó sobre la espalda de la estatua y quedó enseguida petrificado, siendo parte en delante de la escultura. Aconsejó a sus hermanos de seguir el viaje y les pidió que se celebre en su memoria la ceremonia del huarachico, o « iniciación de los jóvenes ».
En el curso del viaje, Ayar Auca fue también convertido en estatua de piedra, en la pampa del sol. Ayar Manco, acompañado por sus cuatro hermanas, llegó a Cusco donde encontró buenas tierras; su bastón se hundió con facilidad pero no pudo retirarlo sin esfuerzos, lo cual era una buena señal. Entusiasmados con el lugar decidieron quedarse allí.
Ayar Manco fundó entonces una cidudad, en nombre del creador Viracocha y en nombre del sol. Esta dicudad fue Cusco (ombligo, en quechua), la capital del Tawantinsuyo.

Laisser un commentaire