Prise trois : l’extrémisme à nouveau au pouvoir, rappel

La victoire du hamasAprès avoir annoncé la « victoire confortable » du Fatah dans la journée du 25 janvier, les journaux ont dû tourner casaque : c’est le Hamas, parti prônant la lutte armée contre Israël, qui dans les faits a la majorité (mais non absolue) au parlement palestinien.

Ma réaction à vif fût de faire un parallèle avec l’Algérie. L’Algérie est une sale histoire qui m’a fait beaucoup réfléchir sur le concept de démocratie, sur des propos démagogues au possible tels que « le peuple a toujours raison ». L’Algérie est à ma connaissance le premier fossoyeur de Rousseau : en décembre 1991, le FIS prédit dès le premier tour comme étant susceptible de prendre le pouvoir dans le vaste Alger, toute l’élite politique refusera l’évidence, se sacrifiant (« démission » du président Chadli) au nom de la démocratie. Souvent bien aidée par l’armée, mais ce n’est pas le propos : l’Algérie démontre que le peuple n’a pas toujours raison, et que parfois il peut pousser les dirigeants à choisir entre la préservation des valeurs démocratiques, et la préservation de la démocratie elle-même. Cruel dilemme, surtout lorsqu’on sait rétrospectivement que de ce choix résultera la guerre civile la plus meurtrière qu’ait connu un pays arabe. Contrairement aux idées reçues, Hitler n’est pas arrivé au pouvoir par la voie des urnes : n’oublions pas l’incendie du Reichstag. Et jusqu’à l’Algérie, on pouvait encore croire que des élections démocratiques permettaient de se prémunir contre le fascisme, qu’il soit vert ou brun.

Une seconde piste de réflexion m’a été suggérée par le blog « le monde à l’envers », lequel se lance dans une comparaison avec l’arrivée du FPOe de Joerg Haider en Autriche. Bien qu’en (très) profond désaccord avec la plupart des billets de ce blog, je trouve la comparaison plutôt bien trouvée : c’est pourquoi je me suis lancé dans l’épluchement des archives d’époque, des commentaires liés à l’arrivée de Haider. Bien que conscient des grandes différences qu’il peut exister entre l’histoire autrichienne et palestinienne, des limites de l’analogie entre les deuxième et troisième exemples d’une population portant démocratiquement le fascisme au pouvoir, je crois qu’il peut être intéressant d’observer comment l’information fût traitée en octobre 1999, lorsque le FPOe fût la grande surprise législative autrichienne, arrivant en deuxième position derrière les éternels sociaux-démocrates, et devant les conservateurs.

Plus qu’une comparaison Palestine-Autriche, je vais me hasarder à retracer de manière relativement détaillée les événements qui suivirent la percée du FPOe. En effet, si la tentation d’en extraire la seule moelle est forte, à des fins analytiques, le futur comportement du gouvernement palestinien est à mon avis très incertain. Aussi, la synthèse comparative serait par trop biaisée pour être objective; ma rétrospective sera donc principalement factuelle.
(suite…)

3 commentaires

Iran, Chine, des compréhensions de la liberté d’expression convergentes

La journée d'hier a été la démonstration de différentes compréhensions de ce qu'est la liberté d'expression. En Iran, on estime que les nouvelles de la BBC sont trop subversives pour être lâchées en pâture à la population. En Chine, c'est le moteur de recherche Google (www.google.cn) qui collabore avec le gouvernement de Beijing à l'auto-censure. Dans cette deuxième affaire, il convient de faire un rappel : l'article 35 de la Constitution chinoise ((Voir la 4ème Constitution chinoise sur le site web de l'université de Perpignan, qui contient les 3 amendements de l'Assemblée populaire nationale. Ne contient toutefois pas le 4ème…

1 commentaire

Humour noir : on a perdu Dieudonné

Enfin, ce n'est pas comme si on avait un doute. Mais il arrive, si c'est possible encore, à être plus extrémiste encore. Ne serait-ce sa couleur de peau, cet homme-là aurait sa place chez les Hammerskins : [...] Dieudonné prend la défense des autorités iraniennes, «très hostiles à l'Etat d'Israël et à sa politique coloniale et raciste», ce qui «ne signifie nullement qu'elles soient "antisémites"». Rappelons que le président iranien, Ahmadinejad, a qualifié la Shoah de «mythe». Et appelé à ce qu'Israël soit rayé de la carte. Selon Dieudonné, les juifs sont également puissants en France. «Je ne serai probablement…

18 commentaires

La torture rend sourd

Il existe deux types de personnes susceptibles de se rendre sur un plateau télé : les étudiants (et post-étudiants qui n'ont toujours pas trouvé de boulot) à la recherche de temps à tuer, et les retraités à la recherche d'une occupation. La première catégorie se trouve principalement sur les émissions nocturnes, alors que la seconde accompagne les programmes se levant avec les coqs. A chacun sa chasse gardée. Me rangeant moi-même dans la première catégorie (paragraphe b, même), j'ai chaussé mes lunettes à infrarouge pour assister nuitamment à "Les Etats-Unis ont-ils tous les droits?", présenté par Michel Zendali, et ayant…

0 commentaire

La philosophie mène à la gloire

Heureusement que j'ai mes rabatteurs, sans quoi la citation de mon site sur le journal "Le Matin" (dimanche) me serait restée inconnue. Je ne lis pas "le Matin", et Michel Jeanneret, auteur de la sympatique présentation, ne m'a pas averti de l'article à paraître. Il semble que ce qui l'a fait atterrir sur mon site soit la remise en question des raccourcis hasardeux de Ludovic Monnerat. Enfin, ce ne sont que des suppositions, à défaut de confirmation du principal intéressé. La présentation me flatte - "un regard intelligent sur l'actualité" - me comprend - "un site qui mélange les genres,…

21 commentaires

Harry Potter l’ensorceleur

C’est 9 ans après la sortie du premier tome des aventures d’Harry Potter que j’ai décidé de voir ce qu’il y avait vraiment derrière l’un des grands phénomènes littéraires (en termes commerciaux) de la fin du XXème siècle. Vaguement intéressé par les films (hormis le troisième opus, qui est un bijou d’Alfonso Cuaron), à peu près certain que la série était plutôt destinée à nos chères têtes blondes, la curiosité (et un coup de pouce du destin, aussi) a fini par avoir raison de moi : les 6 volumes, soit près de 4000 pages, ont été avalés en 2 semaines et demi. Et si j’ai changé d’avis, c’est sans vraiment avoir changé d’avis sur Harry Potter.

Harry Potter est une série qui monte en puissance, qui s’assombrit au fil des épisodes, tout lecteur le ressent. De la naïveté et l’insouciance (voire l’inconscience) d’un enfant de 11 ans, on passe par les affres de l’adolescence et les terreurs de (presque) l’âge adulte. L’écriture mûrit à mesure que son personnage principal grandit. Donc en soit, cela reste un livre pour enfant, faisant office de tuteur pour ces derniers. Et pourtant, même si les valeurs que fait passer Rowling sont très classiques (bravoure, fidélité, amitié, amour, etc), elle peuvent toucher un adulte de la même manière qu’un adolescent : cela tient certainement au talent de conteuse de Rowling, et à son histoire très atypique. A ses choix scénaristiques également. Attention ! Ne lisez pas ce qui suit sans avoir lu les 6 volumes.
(suite…)

2 commentaires

L’Irak face à la guerre civile : « je vous l’avais bien dit »

A un enfant qui, malgré les mises en garde parentales, se serait renversé la casserole d'eau bouillante sur les genoux, on lancerait un "on vous l'avais bien dit". Dans le cas de l'Irak libéré de Saddam Hussein par les USA et pourtant en pleine guerre civile, il serait malavisé de faire montre d'un tel paternalisme. Il n'empêche : les nombreuses mises en garde des intellectuels arabes réfugiés en France, des spécialistes moyen-orientaux, des politiciens opposés à l'invasion de l'Irak, avaient été superbement balayées et dédaignées par la 'coalition' étasunienne. Elles se sont toutes - ou presque - aujourd'hui produites :…

0 commentaire