Examen Périodique Universel

L’ambassadrice Laura Dupuy Lasserre rappelle au Bahrein l’importance de protéger les défenseurs de droits de l’homme

Dans un acte de courage remarquable, l'ambassadrice Laura Dupuy Lasserre (présidente du Conseil des droits de l'homme) a profité de l'adoption du rapport lié à l'Examen périodique universel (EPU) du Bahreïn pour faire part de sa préoccupation à M. Salah Bin Ali Mohamed Abdulrahman, Ministre d'État aux droits humains du Bahreïn. La présidente du Conseil a en effet été informée qu'une campagne de presse menaçant les défenseurs de droits humains était en cours au Bahreïn, et que les défenseurs des…

0 commentaire

Droits de l’homme à l’UPR : Une France au-dessus de tous soupçons ?

La France passait ce matin du 14 mai ce qu’elle qualifiait de “grand oral”, à travers le nouveau mécanisme du Conseil des droits de l’homme, l’Examen Périodique Universel. Séance présidée par une troïka de 3 Etats-membres (la Zambie, l’Italie et la Malaisie), les questions d’une quarantaine d’Etats sont venues demander des comptes au “pays des droits de l’homme”. Sur des questions d’actualité, mais aussi sur des débats passés.

L’Hexagone a pris toutes précautions d’usage lors de son discours introductif : tout en rappelant son attachement aux droits humains, l’ambassadeur aux droits de l’homme M. François Zimerey a relevé qu’aucune nation, quel que soit son implication en la matière, ne peut se mettre au-dessus de la critique d’autres Etats. Un tel dialogue a des vertus constructives, et la France croit à “l’alliance des civilisations, et non au choc des civilisations”, explique le diplomate. Prenant les devants sur les sujets qui fâchent, M. Zimerey rappelle qu’on “juge aussi une société à l’état de ses prisons. Pour être clair, nous avons des défaillances auxquelles nous avons décidé de pallier”.

Une présentation qui n’a pas dissuadée les pays de poser des questions incisives sur les conditions de détention pénitentiaires des condamnés, notoirement en surnombre. Ce qui pousse l’ambassadeur a préciser les actions prévues, telles que la constructions de nouveaux établissements, et la destruction d’autres, vétustes : “Dans les prochaines années, nous devrions pouvoir détenir 6’000 condamnés supplémentaires. De plus, la mission de la prison est repensée, avec l’idée que ce lieu a pour objectif la réinsertion des délinquants. Nous privilégions aujourd’hui des mesures telles que la semi-liberté ou le port de bracelets”, défend-il.

Devant la multiplication d’offices – indépendants, souligne l’ambassadeur – chargés de faire respecter les droits de l’homme, certains s’inquiètent des difficultés de coordination inhérentes. Réponse toute trouvée, somme toute très française : “Notre pays a créé un nouvel office chargé d’assurer une telle coordination, et harmoniser les pratiques”.
(suite…)

1 commentaire