L’export du matériel de guerre en Suisse; un débat de clocher

[singlepic id=568 w=160 h=120 float=left]Le 29 novembre prochain, la petite (autrefois calme) Confédération helvétique s’attaque à de grandes questions, en consultant sa population sur deux initiatives : faut-il cesser l’exportation de matériel de guerre, faut-il interdire la construction de minarets en Suisse. Les partisans de cette dernière initiative n’ont pas hésité à faire un lien entre les deux objets, transformant les minarets en missiles. La Suisse a donc à se prononcer sur l’exportation de missiles (le matériel de guerre) mais aussi sur son importation (les minarets musulmans) : que de questions explosives, en cette année déjà si bien remplie…

Peut-être serait-il utile d’aborder la question des minarets; profondément laïc, l’objet du débat ne me semble pas relever du citoyen, mais de l’individu. Profondément agnostique, les clochers d’Eglise me dérangent beaucoup plus avec leur manie incessante de sonner les mariages et autres cultes du week-end que ne pourrait le faire un minaret muet – puisque les appels à la prière ne sont pas revendiqués par les imams en Helvétie. Ce qui fait que la dispute sur le sujet reste assez au raz-des-pâquerettes (« Les Saoudiens sont intolérants avec les chrétiens », un peu comme si, le comportement de la Corée du Nord pouvait justifier l’emploi de la torture en Suisse), et les arguments échangés très pauvres. Tout au plus dénotent-ils de l’islamophobie qui gangrène l’Occident, du manque de connaissance de l’autre dans un monde qui se croit globalisé. Faire des affaires avec l’Iran ne nous fera pas comprendre la culture de ce pays millénaire, mais je m’égare. Sans remettre en question le bien-fondé d’une discussion autour de l’organisation religieuse du pays, force est de constater que cette discussion se borne à servir d’exutoire à tout ce que compte la Suisse d’islamophobes.

L’exportation du matériel de guerre soumis à l’analyse

Le débat autour de l’export du matériel de guerre semble quant à lui promis à un vaillant échange égoïste : va-t-on perdre ou pas des places de travail dans la neutre Suisse ? Le précédent objet agglutine autour de lui le coeur de la Suisse, à savoir la fermeture, la xénophobie et un certain conservatisme malséant; mais pour ce second, on serait en droit d’attendre des questions de fond s’élever au-dessus de la mêlée : comment cet export s’inscrit dans la politique extérieure d’un pays neutre, quelles sont les alliances qui sont conservées grâce à cet outil, etc.
Or, qu’en est-il dans les faits ? On s’égosille à discourir sur les places de travail mises au rebut en cas d’acceptation de cette initiative populaire. Les places de travail ? Aussi étonnant que cela puisse sembler, les opposants à cette initiative qui cherche à bannir tout export de matériel de guerre s’arc-boutent sur le coût économique de l’abandon de cette pratique. C’est intenable, et je vais tenter rapidement d’en démontrer le pourquoi.
(suite…)

0 commentaire

Tariq Ramadan: est-il justifié d’en avoir peur ?

Le 4ème festival francophone de philosophie se déroule à Genève, du 25 au 28 septembre 2008. Un programme hétéroclite, qui se devait de répondre à l’ambition de la thématique annoncée : la peur. Des intervenants économistes, sociologues, médecins ou… philosophes se sont mis en tête de répondre à nos angoisses. Et en cette soirée du 26 septembre, l’orateur qui avait pour tâche de se pencher sur la peur de l’islam n’était autre que la quasi rock-star, l’enfant chéri des médias, l’homme qui cristallise une partie des fantasmes francophones : Tariq Ramadan. Court de rattrapage pour ceux qui étaient sur Mars ces dernières années, le fameux débat Sarkozy-Ramadan sur France2. C’était avant l’élection de Sarkozy.

tariq ramadanSous l’intitulé « la peur de l’islam, et l’islam face à nos peur », Tariq Ramadan s’est efforcé de brosser un catalogue des différentes peurs face à l’islam, d’en démontrer leur côté parfois paradoxal, ou encore de rappeler combien le retrait des musulmans dans les sociétés occidentales est condamnable; le condamné étant… le musulman lui-même.

Et de rappeler que les angoisses d’une crise économique s’affronteront avec les frayeurs de l’immigration; puisque d’un côté, l’Europe se radicalise, le discours liant immigration et sécurité (et identité nationale en France, aurait-il dû ajouter) s’est banalisé, alors que dans le même envol ce continent aura besoin de dizaine de millions d’immigrés pour pallier sa population vieillissante. Le conflit d’intérêt, entre ceux pour qui l’immigration est un préjudice et ceux pour qui elle est un bénéfice, pourrait se radicaliser à l’avenir.

Ou d’ajouter que les musulmans ne doivent pas rester passif dans leurs sociétés; de deuxième, troisième génération (pour la dernière vague), il est temps de cesser de parler d’intégration pour les citoyens de confessions musulmanes d’origine étrangère. L’intégration, c’était la problématique de leurs parents, fantômes au milieu de sociétés qui les voulaient invisibles. On les a donc parqués hors du champs politique; le décalage vient, selon Ramadan, du fait que les générations actuelles s’impliquent, occupent l’espace public, deviennent visible. D’où le débat, puisque auparavant, on ne voyait pas ces immigrés, parqués dans des banlieues construites pour l’occasion ou des quartiers sordides. L’ancien professeur genevois plaide pour que les hommes et les femmes de confession musulmanes se saisissent de leur avenir, et prennent part autant que possible au processus décisionnels.

(suite…)

1 commentaire