Lesbiennes exclues d’un collège sont réintégrées après 3 mois

La directrice d’un collège de Manizales, une ville de province, avait exclues deux jeunes filles pour être lesbiennes. Elles ont du fait appel à  la justice pour pourvoir réintégrer leur école et après 3 mois de bataille juridique elles ont pu retrouver leurs camarades hier.

Le retour n’a pas été des plus simple, vendredi, le jours où elles pu revenir pour s’inscrire elles ont été accueillies par une manifestation contre leur retour… une manifestation préparée par la directrice et probablement certains parents d’élèves. Les insultes ont fusé…

Elles sont revenues ce lundi pour reprendre les cours, et en arrivant, escortée par des représentant de la justice…. et là  elle ont été reçues par des embrassades de plusieurs de leurs camarades. Expliquons cela par le choc de générations… en attendant que le justice se charge de cette directrice préhistorique.

La journée joyeuse!

Hier, 1 juillet, à  l’instar du reste de monde à  Bogotà¡ a eu lieu la manifestation pour défendre les droit des homosexuels. Cette onzième version a eu une touche protestation face au dernier coup foireux du congrès et de solidarité avec les onze députés morts alors qu’ils étaient aux mains des FARC.

Comme à  son habitude la journée a été une démonstration de paix et de respect!

(photo El Tiempo)

sale journée

Coy Gordon, une figure de la lutte pour les droits des homosexuels Tout était fait, les textes étaient prêts, en théorie la majorité était acquise, la plupart des congressistes avaient annoncé leur vote positif, les négociations avaient déjà  eu lieu. Les homosexuels devaient avoir (enfin) le droit à  posséder un patrimoine commun. Mais finalement les conservateurs du parti de la U retournèrent leur veste au dernier moment, ne remplissant pas leur promesse.

Triste nouvelle, deux jours à  peine après l’entrée en vigueur de la loi qui cherchait mettre fin à  la discrimination contre les homosexuels en Colombie, votée en décembre dernier.

Il reste encore du chemin à  faire, mais c’est vrai que si les conservateurs jouaient franc jeu, on perdrait un peu moins de temps.

En Avant!!!

Il y a quelques années Bogotà¡ était encore un lieu vraiment hostile pour les homosexuels. L’homosexualité était considérée comme un délit, alors la police pouvait les embarquer. C’est bien connu: les forces de l’ordre travaillent avec zèle lorsqu’il s’agit de « tare social ».

Selon certains témoignages les homos se faisaient embarquer et emmener dans les montagnes environnantes pour être déshabillé et lavé à  l’eau froide (à  3000 mètres d’altitude). Ensuite la police les abandonnait laissant avec leurs habits quelques kilomètres plus bas.

Dans certains quartiers où la présence paramilitaires reste forte les homos sont susceptibles de se faire tuer… ils appellent ça le nettoyage social. L’extrême droite a toujours eu beaucoup d’imagination.

Petit à  petit les choses changent, jamais assez vite bien sûr, mais au moins elle change. La mairie de Bogotà¡ a lancé une nouvelle politique publique en faveur des droits des homos : « Bogotà¡ Territoire de Diversité »

Même s’il ne faut pas espérer de changement du jour au lendemain on peut se réjouir de la reconnaissance officielle d’une transformation de la mentalité déjà  en cour.

On a déjà  pu voir une campagne d’affichage dans toute la ville appelant au respect malgré les protestations de l’église catholique.

La liberté avance, l’église recule.

On pourrait utiliser la même phrase de conclusion pour le résultat du jugement qui opposait l’église et la revue pour homme Soho. Une photo représentant la dernière cène avec une femme au sein nu à  la place de Marie Magdeleine (ou Jean selon la version) était à  l’origine de la discorde. Le tribunal a préféré la liberté d’expression comme valeur de la société colombienne … on ne peut que s’en réjouir.

Dans le même ordre d’idée la cour constitutionnelle, ultime instance juridique du pays, avait autorisé l’avortement il y a peu de temps, elle va un peu plus loin aujourd’hui en enlevant la possibilité aux institutions médicales de refuser l’avortement pour raison de conscience dans les cas de viols, malformation du fétus et de danger pour la femme.

Les choses bougent et on ne peut que s’en réjouir!

Dieu et les Pingouins

Gays, Homo, Marica …etc etc

La quantité de terme existant dépasse ma connaissance. Par contre le nombre de pays qui leur accordent des droits est bien limité. En Colombie le thème a de la peine à  être abordé, les conservateurs, proche du gouvernement actuel l’ont exclus de toute discutions…

Il faut dire qu’ici les Marica ne sont pas franchement bien vu. La société est très machiste (même si on rencontre de nombreuses femmes avec des postes à  responsabilité) et un vrai macho se doit de détester les homosexuels.

Et pourtant tous les discours religieux extrémistes prétendant que c’est contre la volonté de dieu, sont de beaux mensonges

Les pingouins (qui sont des animaux parfaitement normaux jusqu’à  preuve du contraire) entretiennent des relations homosexuelles. La dernière nouvelle[1] en date (car ce n’est pas la première fois) se passe dans un zoo allemand. Les mâles, en manque de femelle, ont commencé à  avoir des relations entre eux. Les vétérinaires s’en sont rendus compte et ont fait venir des femelles d’un zoo suédois. Le problème (qui n’en est peut-être pas un) est que les belles Suédoise n’ont pas convaincu. L’attitude des pingouins n’a pas changé : les mâles sont resté fidèles.

Alors si la nature le pratique c’est sûrement que dieu l’a voulu, non ?


[1] Lire El Tiempo