TLC: ELN et USA sur la même longueur d’onde!

Le comble me direz-vous, et tout le monde sera d’accord. Mais pourtant c’est à  peu près vrai. On le sait depuis quelque temps, le congrès des Etats-Unis traîne les savates pour signer le traité de libre échange (TLC: tratado de libre comercio) avec la Colombie.  La raison est relativement simple, les élus démocrates majoritaire au congrès ont décidé de mettrent des batons dans les roue à  la politique extérieure de Bush. L’Irak oui, mais la Colombie aussi. Les Etats-Unis sont très présent ici (cf le Plan Colombie). Alors les démocrates, qui respectent les droits de l’homme eux c’est sûr, freinent la signature d’accord avec la Colombie. Le TLC est peut être un accord complètement nul, injuste et qui va ruiner la Colombie, c’est possible et ça se discute mais là  n’est pas la question, pour eux le problème est que le gouvernement ne respecte pas les droit de l’homme donc avant de signer un accord on veut être sûr que la justice fait son travail et que le gouvernement ne participe pas aux horreurs..

Pendant ce temps, le gouvernement et l’Armée de Libération Nationale (ELN)  négocient. à‡a fait déjà  un moment mais une négociation c’est long. La dernière trouvaille de l’ELN est de demander, en échange d’un cesser le feu l’annulation du futur TLC, l’arrêt de la privatisation des grandes entreprises colombiennes, etc.

A quand une rencontre au sommet ELN/Démocrates pour abolir le TLC?

Les négociations avancent!

Depuis une année, voire un peu plus, le gouvernement et l’Ejército de Liberacià³n Nacional (ELN) se réunissent périodiquement à  Cuba pour discuter. Le thème de la discussion est bien sûr la paix et ces jours l’avancée est suffisante pour croire qu’un processus de paix devrait débuter bientôt. L’ELN est la seconde guérilla du pays et représente une force d’environ 4000 hommes. Sa puissance de combat s’est largement réduite depuis plusieurs années et le gouvernement peut négocier dans une position relativement forte.

Mais une des principales raisons, selon les dirigeants de la guérilla, est la possibilité qui existe maintenant en Colombie pour la gauche d’exister. Ces dernières années la gauche a réussit à  s’unir autour du parti Polo democratico Independiente (puis alternativo) et surtout pour la première fois dans l’histoire elle a pu vivre et être élue. Cette avancée historique permet à  l’ELN de considérer que la voie armée n’est plus nécessaire. L’exemple du reste du continent a aussi une importance qu’on ne peut négliger.

Du côté du gouvernement, Uribe avait annoncé en arrivant au pouvoir qu’il voulait d’abord éliminer deux des trois acteurs du conflit pour pouvoir se concentrer uniquement sur les Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC). Les paramilitaires ont déjà  été démobilisés, dans des conditions très discutable, mais la grande partie du groupe ne participe plus au combat. Maintenant l’ELN commence des négociations de paix et pour prouver sa bonne volonté son porte parole a annoncé qu’ils allaient déminer plusieurs zones du département de Narià±o. La nouvelle est plutôt bonne car en 2005 on a compté 1000 victimes de mines antipersonnelles, la Colombie étant le second pays du monde touché par les mines.

Il est relativement rare de pouvoir parler de bonne nouvelle dans le domaine politique en Colombie et l’assombrir serait un sacrilège, simplement il est juste de se demander qu’elle est la cohérence du gouvernement en matière de négociation. Uribe a martelé à  plusieurs reprises qu’il ne négocierait jamais avec des terroristes, même s’il se réfère aux FARC, sa définition de terroriste est tellement vague qu’il ne serait pas difficile d’y intégrer l’ELN. L’acharnement des FARC comme du gouvernement perd tout son sens face à  l’exemple de l’ELN.

Cependant on ne peut pas encore crier victoire, le chemin des négociations et long et tortueux, de nombreux points doivent être discuté et le gouvernement peut difficilement être plus dur qu’avec les paramilitaires. Mais il ne peut pas non plus être plus laxiste, la communauté internationale ne le supporterait pas.
L’espoir est là , et si la bonne foi suit cela devrait être possible!

Armée de Libération Nationale

Armée de Libération Nationale

ELN

Ce groupe, créé par des intellectuels est directement inspiré de la Révolution Cubaine. Il suit l’idéologie du marxisme-léninisme et ses principes d’organisation sont basés sur l’importance de la démocratie interne, le respect des masses, la défense de l’intérêt national et la solidarité internationale.

Selon eux, c’est la situation intolérable d’exclusion politique, l’injuste distribution des revenus, la marginalisation du peuple Colombien et la violente répression des masses qui a motivé la création du mouvement de l’ELN en 1965. Toujours selon eux, cette situation continue et c’est même aggravée avec l’apparition du narcotrafic.

Comme les FARC, L’ELN se bat pour la prise du pouvoir pour les masses populaires, elle demande aussi une réforme agraire de fond, pour en finir avec le latifundio, le minifundio et la monoculture.

Elle demande un système social de santé, une éducation publique, obligatoire et gratuite, la protection des enfants et des retraités avec un système de pension, le respect des Droits de l’Homme, un armée populaire et bien formée, une séparation de l’église et de l’état, des possibilités de crédit pour tous,… etc

En 1967, avec le conflit sino-soviétique, a surgi l’Armée populaire de libération (EPL), qui suit une idéologie maoïste, une partie se démobilise en 1991 mais seront majoritairement assassiné par les paramilitaires ou les FARC (considéré comme traître). Un groupe continue la lutte sous la bannière de l’EPL mais ne représente que quelques centaines d’hommes.

L’ELN trouve le gros de son financement dans l’impôt de guerre auquel elle assujettit les compagnies pétrolières. Son revenu dépend donc de l’étendu de territoire qu’elle maîtrise. On peut d’ailleurs voir que leur présence la plus forte se situe autour des points de pétrole.
Elle pratique aussi l’enlèvement contre rançon, mais contrairement aux FARC elle refuse la pratique du narcotrafic.

Ce refus est d’ailleurs en train de lui coûter son existence. L’ELN est entré en négociation avec le gouvernement et même si pour celui-ci c’est grâce à  sa politique de sécurité démocratique pour d’autres une des explications est l’expansion des cultures de coca dans les régions où L’ELN est présente. L’arrivée des narcotrafiquants obligerait l’ELN à  choisir entre soit rester sur place et faire payer un impôt de guerre sur les cultures pour rester maître de la région soit reculer dans les montagnes. Il existe déjà  des exemples de groupe de l’ELN qui se sont démobilisés, à  moitiés morts de faim et sans munition après avoir fait le second choix.

Les troupes de l’ELN représentent entre 4000 et 5000 hommes, et au jour d’aujourd’hui (septembre 2006) des négociations se poursuivent entre le gouvernement et les dirigeants de l’ELN à  Cuba. Les deux sont à  priori optimistes sur un résultat possible.

La légende du « prête guérillero » écrit par Thibaut Kaeser pour Le courrier (Genève)

 

Retour sur la page Le Conflit Colombien

Le Conflit Colombien

Selon certains, les premières manifestations du conflit colombien dans l’Histoire remonte aux années 20, après une période de monopole des conservateurs (1886-1930).
Cependant, le conflit commence vraiment en 1948.
Le but ici est de vous donner une vision globale du conflit à  travers ces différents articles:

à˜ Historique du Conflit

à˜ Théorie de la guérilla

à˜ Acteurs en présence:

· FARC-EP

· AUC

· ELN

· M-19

à˜ Intervention des Etats-Unis

à˜ Plan Colombie

à˜ La Ley de Justicia y Paz 1, 2, 3

à˜ La lutte contre le narcotrafic

à˜ Cartes

à˜ Les derniers posts sur le conflit

Note: il s’agit ici de mon point de vue basé sur différents articles et positions, il est fréquent de trouver des articles ou livres très militants, d’un côté comme de l’autre. J’ai lu de nombreuses fois que les FARC étaient une alternative ou la solution, de la même manière certains prétendent que les paramilitaires sont un mal nécessaire pour se défendre. En général, j’essaie d’être critique contre les guerriers, mais cela reste que ma position.

 

Retour blog