Chavez accueille les FARC dans son palais

Mà¡quez, Chavez, Cordoba (senatrice colombienne)

Le président du Venezuela Chavez a accueillit Ivà¡n Mà¡rquez, membres du secrétariat des FARC dans son palais présidentiel Miraflores à  Caracas. Mà¡rquez réitère la volonté des FARC d’une zone démilitarisée pour effectuer un échange humanitaire, il demande aussi la libération de 500 guérilleros prisonnier. Chavez annonce sa prochaine rencontre avec Marulanda, chef des FARC et il espère pouvoir apporter des preuves de vie des otages à  Sarkozy quand il ira le visiter à  Paris le 20 novembre.

Les FARC n’ont pas eu une telle tribune depuis 2002 et la fin des négociations avec le président Pastrana.

9 réflexions sur « Chavez accueille les FARC dans son palais »

  1. Franchement, je ne peux toujours pas m’empêcher de me demander ce que Chavez vient faire là-dedans et je ne peux m’empêcher de penser que cela va encore compliquer la situation colombienne.
    Ou bien Chavez tente une réhabilitation internationale, auquel cas il doit faire preuve d’une totale transparence à l’égard des autorités colombiennes et ne montrer aucune complaisance face aux FARC en dehors du périmètre de l’échange otages contre prisonniers, ou bien il fait diversion pour détourner l’attention sur son projet de réforme constitutionnelle et tente de surcroît de mettre un coin supplémentaire dans la stabilité colombienne pour gêner les Américains et étendre sa propre influence.

    Enfin, écoutons les FARC, puisqu’ils disposent de cette tribune. Quelqu’un croit-il encore à leur « volonté de paix » ???

  2. Au fait, pour changer un peu et parler de la Colombie qui fonctionne :

    « Gracias a la amable invitación de Luis Fernando Londoño Capurro, presidente de Asocaña, tuve la oportunidad de conocer los avances del sector azucarero en el Valle. En el 2006, ese sector produjo 21,8 millones de toneladas de caña, 2,4 millones de toneladas métricas de azúcar y 274 millones de litros de alcohol. En toneladas métricas, el mercado interno arrojó 1,50 millones y la exportación de azúcar 0,9 millones, cifras que representa la mayor productividad azucarera del mundo, con un promedio de doce toneladas por hectárea. »

    Que viva el Valle !!

  3. [quote post= »718″]je ne peux toujours pas m’empêcher de me demander ce que Chavez vient faire là-dedans et je ne peux m’empêcher de penser que cela va encore compliquer la situation colombienne[/quote]

    Pas dit … une médiation peut s’avérer très utile dans certain cas. Et Chavez a l’air d’être suffisamment admiré par las FARC pour que ces dernier l’écoutent.

    [quote post= »718″]pour changer un peu et parler de la Colombie qui fonctionne [/quote]

    Je suis trop pessimiste ces temps??? pourtant avec les élections à Bogotá je ne devrais pas trop!
    Ça doit être parce que 2 mois sans vacances j’ai du mal à supporter! 🙂

  4. Tu es tout excusé, tonio, je sais que tu aimes la Colombie, même si nous sommes assez rarement d’accord.

    Je suis triste qu’Hillary se soit prononcé contre la ratification du TLC avec la Colombie. Symboliquement, c’est un mauvais coup pour Bogota, et je trouve que l’argument de l’insécurité syndicale est très injuste, la situation des syndicats ayant progressé sous Uribe par rapport à ce qu’elle était dans la grande époque du paramilitarisme. C’est de l’opportunisme dont fait preuve Hillary : il est en effet tellement plus facile de gêner Bush sur un dossier « mineur » tel que la Colombie plutôt que de proposer de vraies options sur l’Irak ! Comment se racheter une vertu à bon compte quand on s’est montré en faveur de l’intervention militaire en 2003…
    A la fois, je ne suis pas un grand pote du libre-échange mondial et mon analyse du TLC USA/Colombia me fait penser que celui-ci n’était pas forcément positif pour la Colombie. Alors…

  5. alors … pragmatisme ou honneur? tu es contre le TLC tu es donc prêt à accepter un argument bidon mais contre le TLC…

    Moi je suis mitigé, je suis pas très TLC parce qu’il me semble assez mauvais en terme d’agriculture. Mais la phrase d’Hillary me fait penser 2 choses, une première que le problème colombien est assez mal compris et qu’à nouveau entre les paroles et les fait il y a un fossé. Participer dans le problème colombien est assez facile pour les USA … et il le font que pour protéger leur oléoduc.
    la 2e que l’économie colombienne va bien… elle est plus compétitive en bien des domaine que la péruvienne et ça c’est bof pour un TLC avec les ricains, ils ont pas trop envie … ça représente très peu chez eux mais suffisamment pour les ennuyer.

  6. Non, tonio, je n’accepte pas l’argument fallacieux d’Hillary Clinton.
    Mais je suis d’accord avec toi sur le TLC. Sans être un économiste chevronné, je pense quue ledit TLC, en particulier en matière agricole, ne bénéficie pas à la Colombie. Mon sentiment en fait est qu’il aurait été mieux que ce soit la Colombie qui rejette ce traité. Et c’est un reproche que je fais à Uribe, dont je ne partage pas la vision ultra-libérale sur ce sujet. Tu vois, je n’ai pas perdu mon sens critique !

  7. hahaha .. c’est pas une question de sens critique je crois… c’est que tu es encore plus conservateur qu’Uribe!!! 🙂
    Cela dit, si la Colombie l’avait rejeté ça aurait la merde, car elle aurait perdu les avantages d’entrée dont elle bénéficie jusqu’à la signature du TLC. Ça aurait été plus intelligent de le négocier autrement, en prenant son temps. Et surtout en cherchant d’autres partenaires économique!

    Perso je trouve qu’Uribe et son gouvernement parle beaucoup mais ne sont pas forcément très actif, ni imaginatif. Je vois par exemple dans le domaine du tourisme, (thème que je suis un peu) bien qu’ils aient fait des efforts ils manquent d’ambitions.
    c’est un comme la coupe du monde, il parle, il veulent l’organiser… bien que 2014 c’était trop tôt mais il ne se lance pas.
    Le coup du métro à Bogotá… si Samuel n’insiste pas comme un porc le gouvernement ne se bouge pas, alors que ils peuvent tout à fait.
    Je l’ai déjà dit, mais je trouve sincèrement que le gouvernement d’Uribe n’a pas su profiter de son travail en terme de sécurité.. il se contente des investissements étranger à court terme qui finalement montre de magnifique résultat en terme de chiffre mais peu d’évolution interne.
    Autant dans le social que dans l’infrastructure.
    Moi, l’énorme critique que je fais à la réélection d’Uribe, c’est qu’il a fait ce qu’il savait faire lors de son premier mandat … maintenant c’est pas une guerrier qu’il faut, c’est un constructeur… qui sache gérer les affaire militaire!

  8. Tonio, il te faut renoncer à me coller telle ou telle étiquette. J’aime l’ordre et suis plutôt conservateur sur les questions de société. Cela étant posé, j’aime l’Amérique latine, et singulièrement la Colombie et je souhaite son bien, son développement et son épanouissement selon ses propres codes.
    Sur le TLC, je fustige l’immense et aveugle égoïsme des EU. En ne cédant pas grand-chose sur les questions agricoles, ils rendent encore plus alléchante la culture de la coca et favorisent l’accélération d’un exode rural qui n’apportera que des problèmes en Colombie.
    Je suis parfaitement d’accord avec toi que Bogota gagnerait à se chercher d’autres partenaires et à diversifier son commerce extérieur et sa diplomatie. Encore faut-il que d’autres pays manifestent leur solidarité, ou au moins leur intérêt. Le Brésil par exemple est scandaleusement absent, ou parce qu’il se réjouit de voir les Yankees empêtrés en Amérique du Sud ou parce qu’il fait preuve d’une hallucinant myopie stratégique. Dans les deux cas, c’est grave. Le Chili est nettement plus présent, par ses investissements et par une attitude politique constructive et respectueuse de la souveraineté colombienne. Mais tout cela est insuffisant. L’Europe n’a pas voulu mettre la main à la poche et la France ne voit la Colombie qu’à travers le prisme Betancourt, déformant, obsédant et très insuffisant.
    Pour le métro de Bogota, j’avais entendu qu’il ne pouvait pas être souterrain, la terre de la sabana étant gorgée d’eau et instable, mais cela n’a pas grand-chose à voir. J’avais en effet entendu parler d’un métro aérien.
    Sur la synthèse idéale pour faire un bon président, je doute que l’on puisse trouver au polo un type capable de « gérer les affaires militaires » comme tu dis, c’est-à-dire de faire la guerre quand c’est nécessaire, sauf peut-être Navarro, qui a par ailleurs de gros défauts. Uribe a fait un excellent premier mandat. Pour le deuxième, il faudra voir. Cela peut basculer dans un sens ou dans l’autre. Je regrette le ton qu’ont pris les débats, qui se résument à une volée d’invectives indignes de part et d’autre. Et je crois que ce sont les adversaires d’Uribe qui ont commencé !

  9. je te titille… c’est tout.

    Plus ou moins d’accord, sauf que le commerce ça se base pas sur de la solidarité. Donc c’est pas l’Europe qui va venir en Colombie pour voir ce qui s’y passe.
    Pour la fin de ton commentaire… je pense pas uniquement au Polo, Fajardo peut être intéressant par exemple. Sinon du Polo je préfère Lucho, tout a fait capable de gérer des militaire si ceux ci ne le voient pas comme une ennemi de la nation.

    [quote post= »718″]ce sont les adversaires d’Uribe qui ont commencé ![/quote]
    Ça par contre je préfère pas répondre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *