Pérou: Bataille d’influence?

Ce dimanche, l’année électorale sud américaine continue, cette fois la scène se déroule au Pérou. L’ambiance est plutôt incertaine, diverses influences font rage, des plus loufoques au plus traditionnelles. Les sondages partagent les points entre les forces fujimoristes, l’ex président Alan Garcia, la gauche bolivarienne avec Humala et la conservatrice Lourdes Flores.

L’incertitude est grande car le Pérou est coutumier des grands coups d’éclats. Son histoire récente en est parsemé: depuis son élection en 1990, Fujimori est devenu l’acteur principal d’une série d’actes tous aussi rocambolesques les uns que les autres.

Au début de sa carrière politique il réussit à  maîtriser l’inflation du Pérou avec des mesures d’austérité très fortes. L’inflation était supérieure à  7000% en 1990, une année plus tard elle environne 130%.
Sa médiatisation continue lorsqu’il réussit à  faire emprisonner le chef du Sentier Lumineux, ce qui met fin à  cette organisation révolutionnaire. Il se fait à  nouveau remarquer lors de la libération des 72 otages de l’ambassade japonaise. L’opération montée par ses services est ambitieuse, il a fallu creuser un tunnel sous toute une rue pour accéder à  l’intérieur du bâtiment et tuer tous les terroristes (14). Un seul mort du côté des otages, Fujimori devient un héros au Japon pour cet acte.

La fin de son règne est tout aussi surprenante et médiatique car, après avoir changé la constitution en 1993 et fait valoir la non rétroactivité des lois il se présente une 3e fois à  la présidence et bien sûr il gagne. Seulement voilà , l’opposition commence à  se faire entendre et on découvre petit à  petit les faces cachées de ses mandats. Un grand nombre de vidéo font éclater un scandale de corruption qui a vite fait de rattraper Fujimori. Son bras droit, Montesino, est le premier touché, il doit quitter le pays. Quant à  Fujimori il tente encore de résister mais lors d’une visite au Japon il décide d’y rester. Il devient Japonais!

Une nouvelle fois Fujimori surprend, non seulement il a corrompu l’ensemble du gouvernement péruvien, il a réussi à  vendre des armes aux Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes (FARC) mais en plus il arrive à  s’enfuir avec la caisse de l’Etat pour passer des jours tranquille au Japon.

Il espère pourtant, depuis là -bas, influencer la politique péruvienne et même se faire réélire comme président! Il est tellement sûr de lui qu’il décide d’aller séjourner temporairement au Chili, étape sur le retour au Pérou.
Cependant il est tout de même fiché par Interpole sous l’accusation de corruption et de crimes contre l’humanité et a été déclaré inéligible par le tribunal constitutionnel du Pérou.

A peine arrivé au Chili il est donc arrêté par les autorités chiliennes. Depuis cet instant le gouvernement péruvien prie le Chili de l’extrader.
On pourrait croire qu’avec une telle histoire son influence s’arrête, et bien non!

Sa fille Keiko Fujimori, est en tête de liste du parti fujimoriste pour le Congrès à  Lima. Il est fort probable qu’elle soit la parlementaire la mieux élue. A ce titre, comme le veut la tradition, elle présiderait la séance inaugurale de la nouvelle Chambre et remettrait l’écharpe présidentielle au successeur de Toledo!

Le candidat suivant, Alan Garcia est aussi un acteur de l’histoire. Prédécesseur de Fujimori il a emmener le pays à  la ruine fin des années 80 et a fuit avec la caisse de l’Etat. Son charisme lui a tout de même permis d’arriver au second tour en 2000, année où il a été battu de peu par Toledo. Actuellement il est en 3e position dans les sondages et à  moins d’un miracle il ne devrait pas passer au deuxième tour. Son influence sur ces élections va venir de son soutien ou non a un des deux candidats au deuxième tour.


La grande surprise, qui n’en n’est plus une dans le contexte actuel de l’Amérique du Sud, est la montée en force du populiste de gauche Humala, proche d’Evo Morales et de Chavez. On l’appelle d’ailleurs le « Chavez péruvien », ex-lieutenant-colonel il veut déclarer la guerre à  la corruption et au libéralisme économique. L’influence bolivienne est aussi très forte, les indiens et les métis sont majoritaires au Pérou et rêvent d’avoir « leur » président!

Le dernier candidat susceptible de s’opposer à  la gauche est une candidate. Lourdes Flores est donnée gagnante au deuxième tour grâce à  l’appui des forces fujimoristes et surtout de tout l’establishment blanc. La candidate conservatrice est à  la une de tous les journaux, elle est présentée comme la « sauveuse de la démocratie face à  la démagogie indigène ».

Cette situation rappelle étrangement les présidentielles de 1990 où l’opposant de Fujimori, Mario Vargas Llosa possédait l’appui inconditionné de toute la presse mais les électeurs votèrent en masse pour Fujimori par réflexe de rejet de la classe politique traditionnelle.

1 réflexion sur « Pérou: Bataille d’influence? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *