La para-telenovela

Le 19 décembre passé le célèbre paramilitaire Mancuso a commencé à  raconter ses crimes à  la Justice, mais le jour suivant la narration de ses exploits a été suspendue pour reprendre le 15 janvier. Il a pour l’instant assuré être l’auteur « intellectuel » de 336 assassinats y compris des Maires, ex-Maires, juges et personnes qu’il considérait infiltré de la guérilla. Il a aussi participé à  des prises d’otages, du trafic d’armes et à  plusieurs massacres. Il dit aussi avoir réalisé des pressions sur les électeurs pour qu’ils votent pour des personnes favorable aux paramilitaires.

Son CV est bien complet et on pourrait breveter une partie de son art: il a inventé la peine de mort pour Maire corrompu (selon ses dires). Le mieux c’est que l’histoire n’est pas finie, chaque jour un nouvel épisode arrive. C’est bien mieux qu’une telenovela, beaucoup plus croustillant, surtout quand il annonce que pour les massacres il obtenait des informations de la part de l’armée… c’est beau, très beau!

Les résultats parlent d’eux même: enfants, étudiants, professeurs, retraités; tous soi-disant membres de l’appareil militaire de la guérilla, assassinés grâce aux informations de l’armée, voire même de la justice dans certain cas.

Ses révélations font mal, pas seulement à  la justice ou à  l’armée, car tout ceci est bien connu depuis longtemps, pour eux c’est plutôt l’occasion de faire le ménage chez eux et d’essayer de construire quelque chose de nouveau, plus propre. Là  où cela fait le plus mal c’est au gouvernement, les premières réactions sont assez comiques, après avoir tant défendu la Loi de Justice et Paix, certains ont commencé à  la critiquer, d’autres (le ministre de l’intérieur par exemple) ont simplement dit que Mancuso était un menteur.

Il faut dire que les recherches commencent, et petit à  petit on découvre l’implication de certains hauts placés dans des massacres. Le scandale de la parapolitique est loin d’être fini…

Vivement le prochain épisode!

8 réflexions sur « La para-telenovela »

  1. Bravo pour ton blog, je l’apprécie au point de le glisser dans mon petit papier sur les blogs d’expats, qui paraîtra ce we. Je te l’envoi si tu veux. Au plaisir!

  2. Un peu partout en Amérique latine, on commence à faire un retour sur le passé. En Argentine avec Isabelita Peron, au Chili autour de Pinochet même mort, en Colombie donc, et même au Brésil où l’on fait appel à la mémoire des acteurs survivants de la dictature pour commenter les archives US qui viennent d’être déclassées.
    Je dois l’avouer, j’attends aussi avec impatience le prochain épisode !

  3. @ Pedro: merci et avec plaisir je lis ton papier!
    @ Francis: je suis d’accord l’ambiance est à la visite du passé, ce qui me semble être une bonne chose. Je vois une petite différence (de taille en fait) c’est quand Colombie les assassinats politique, les menaces, les massacres etc continue. La situation est plutôt étrange car on parle beaucoup de situation de post-conflit, de commission de la vérité et de réconciliation mais la paix n’est pas encore signée…
    Et ce n’est pas seulement les guérilla qui massacrent mais aussi des paramilitaires. Certains groupes se sont reformé et d’autres agissent depuis leur « prison ». La collaboration de l’armée a très fortement diminué et la modernisation des forces colombiennes est effective mais il existe encore de nombreux cas de collaboration avec les paras. Les accusation faite à la justice dans les année 90 sont toujours valable et les services secret (DAS) ont aussi été accusé l’année dernière de donner des informations pour favoriser l’assassinat de syndicaliste.
    En Colombie, plus qu’ailleurs, le chemin de la justice sera très long!

  4. Ce qui me surprend le plus, et est très positif, c’est que quelqu’un mettant en cause l’appareil judiciaire, militaire et politique reste vivant.

  5. En fait je crois qu’il a surprit tout le monde en racontant autant de trucs… et c’est pour ça que certain membres du gouvernement ont des réactions surprenantes.
    Le deal était que les paramilitaires racontent leurs histoires, mais comme rien ne les obligeaient, tout le monde pensait qu’ils n’allaient rien raconter. C’était même un des points très critiqué par les ONG .. qui elles se réjouissent de cette vérité!
    Ensuite descendre Mancuso maintenant serait vraiment trop gros … mais c’est vrai que ce n’est pas à exclure!
    Castaño (ex-chef des AUC) s’est fait descendre par son frère parce qu’il avait dit qu’il voulait tout raconter.

  6. Ping : Corto en Colombie ? » Episode du jour

  7. Ping : Corto en Colombie ? » Uribe pète un plomb!

  8. Ping : Corto en Colombie ? » Les FARC sont mortes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *