15 réflexions sur « Petite bête »

  1. C’est un produit de mon élevage, double têtes, garanti résistant aux fumigations de Mosanto.
    pfff 🙂
    (Clément, tu t’imagines même pas le plaisir que m’a fait ton commentaire.. penser que je faisais de l’élevage implique que l’Amazonie est mon jardin … wwwaaaouuuh .. trop bien!)

  2. Parce que la cuisine colombienne, à part l’ajiaco, c’est une soupe, encore faut-il qu’elle soit bien préparée, ya de quoi faire une déprime si tu peux pas filer de temps en temps en Équateur pour te restaurer.

    Et toc !

  3. Soit pas si aigri parce que t’as pas trouvé le mot de passe du concours… 🙂
    Et sans vouloir défendre la cuisine colombienne, contrairement à ce que tu sous-entend elle est bien diversifié (ma catégorie gastronomie est pas franchement représentatives de la richesse colombienne, mais après tout je ne suis pas cuisto…)
    Mes souvenirs d’Equateur, au niveau bouffe reste assez pauvre. J’avoue ne pas avoir été enchanté. Même si c’est la bas que j’ai mangé ma première larve de palmier.
    Pour te donner un aperçu de mes bouffes dominicales c’est ici

  4. ahahahaha, je ne mange jamais sur du papier ! 😉

    Mais je plaisantais, je me souviens avoir été invité dans une hacienda sur les extérieurs de Bogota, ou on avait cuit un cochon depuis 3 ou 4 heures le matin, on l’avait désossé totalement, coupé la viande en dés, ajouté plein de petits légume et des herbes locales, Puis on l’avait refermé. je peux te dire que vers 2 heures de l’après midi, quand le cochon a été réouvert et qu’on a servi à la louche dans des assiettes ce qu’il contenait, c’était un vrai délice.

  5. Ca y est ! J’ai trouvé la tête, parce que le côté rose ça ressemble vraiment a des fesses de singe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *