Gregocolombiano en vacances à Bogotá

La vie des blogs et des blogueurs… c’est bien un truc auquel je n’avais pas pensé en commençant à  écrire sur ce truc. Les 3/4 du temps j’ai l’impression de parler tout seul, de raconter mes angoisses à  un bout d’écran stoïque et pas très beau, qui fait jamais ce qu’on lui demande… comme un psy un peu chiant (je dis ça mais j’en connais pas, alors je suppose).

Bref ce truc tout gris avec une bande bleue qui fonctionne presque plus parce que le thème est en décalage avec la version wordpress m’a amené à  connaitre Greg du blog gregocolombiano. Après avoir passer un an au Guatemala il est en vacances (pour retrouver sa femme) à  Bogotà¡. à‡a m’a bien fait marrer, en plus comme j’avais gagné un concours j’ai eu le droit à  un super cadeau.

Ah la la la vie de blogueur, c’est drôle, même si, il y a des jours j’ai une envie non dissimulable de brûler mon ordi qui fait pas ce que je lui dis… comme aujourd’hui d’ailleurs.

masque.JPG

11 réflexions sur « Gregocolombiano en vacances à Bogotá »

  1. Ya des fois je me lancerai bien dans l' »explosage » d’unité centrale, juste parce que ça défoule 🙂 héhé

    Bah c’est le week end dans quelques heures tu vas pourvoir te défouler au rhum et surtout…………………… Retrouver sourire et apaiser ta faim avec THE sandwitch 🙂

  2. J’ai lu quelque part: « Travailler plus pour gagner plus, ou travailler moins pour vivre mieux ». A toi de choisir 🙂

  3. Ah ah marrant Toño, nous sommes à la recherche du même graal, bon dès que tu as trouvé des vacances tu me le dis je suis preneur… Je crois que je ne sais même plus à quoi ça ressemble………….. 🙂

  4. Cher Toño et autres blogueurs,
    Le monde est petit, surtout á Bogotá. Je viens de découvrir ce site qui m’a précisément été conseillé par Greg hier lors d’une balade quelquepart dans un páramo sur la cordillère. Je ne m’attendait pas á y découvrir des discussions jusque sur Gaitán (dont les télés nous abreuvent avec des reportages et témoignages d’une pauvreté à pleurer), et encore moins des éloges sur ma modeste personne.
    Pour la peine, je suis preneur d’une discussion avec force rhum et « sanduche » colombiano aux 4 sauces dégoulinantes sur le thème, au cours de laquelle je soutiendrai entre autres points de vue que 1) Gaitán n’était pas populiste au sens latinoaméricain du terme, mais tout simplement… libéral. 2) Gaitán n’a pas conduit son parti à la victoire mais au désastre. 3) Gaitán n’a pas été assassiné par « le régime » jusqu’à preuve du contraire (et ce n’est pas faute d’avoir désespérément cherché cette preuve). 3) La violence n’est pas due au Front National. 4) Le Front National n’a pas « exclu » les communistes qui ont été ravis d’y participer à leur niveau.
    Bref, il faudra beaucoup de rhum et j’espère que ca animera la discussion après le coup de blues de ce vendredi soir.
    Un abrazo.

  5. Il va falloir que je relise ta définition de populisme latino, et j’imagine qu’il faut que j’affute mes arguments sur une autre définition que la tienne sinon le rhum risque de passer de travers. Mais à priori être libéral ne me semble pas incompatible avec la populisme…
    Sur l’assassinat je suis bien d’accord, on ne sait pas et c’est bien pour ça que je ne dit rien sur le sujet, par contre son parti a gagné avant sa mort, la suite est catastrophique… Quant on Frente nacional, à mon sens il n’a pas aidé, ce n’est peut être pas la cause directe, s’il n’a pas exclu les communistes de toutes activités, il les a exclu du panorama politique légal.

  6. Rien de grave. Moins encore un vendredi, jour du ruhm et de la salsa. Je parlais de toi et de ton dialogue infructueux avec ton ordinateur-psy.
    Bon, n’étant point habitué aux blogs je ne sais si je dois écrire ici ou ailleurs mais enfin, je réponds à tes objections.
    Les communistes étaient d’autant moins exclus du FN qu’il n’y avait pas de reconnaissance légale des partis. Simplement, pour être candidat aux élections, il fallait techniquement s’inscrire comme libéral ou conservateur, (sans aucune instance qui puisse vous contester cette caractéristique). Donc pour détourner un vieux langage marxiste, l’exclusion n’était que « formelle » et le pluralisme bien « réel ». Ainsi, des communistes ont pu s’inscrire et être élus comme libéraux, avec la bénédiction d’ailleurs de vrais libéraux opposés au FN (Comme ceux du Mouvement Révolutionnaire Libéral du futur président López Michelsen). Citons en 1960 l’élection comme Représentant du guerrillero de Sumapaz Juan de la Cruz Varela. Des actions légales ont bien été entreprises contre lui, mais aucune n’a prospéré. Si je puis me permettre ce commentaire valoratif, on n’est plus alors dans le respect du pluralisme, mais dans le laxisme absolu. De même, il y a toujours eu des candidats d’opposition aux pésidentielles sous le FN, et pas précisément des poids plumes.
    Tout ca pour dire que le FN, dans son fonctionnement concret, n’était pas aussi fermé qu’on veut bien le dire aujourd’hui, et que la thèse diffuse (et populaire jusque dans les « partis traditionnels ») qui veut que la violence en Colombie soit le fruit d’un système politique fermé me parait on ne peut plus simpliste. Et si je peux me permettre une excellente référence là dessus, voir le livre de Gutiérrez Sanín « Â¿lo que el viento se llevó? ».
    Voila, voila

  7. Je suis bien d’accord que ce n’est pas du tout que la fermeture politique qui peut expliquer la violence en Colombie. D’ailleurs je ne l’ai jamais prétendu. Simplement cette fermeture, à mon sens, n’a rien arrangé.
    Le FN n’était pas aussi fermé qu’on le dit… peut être, à rediscuter, mais étrangement plusieurs communistes ont fait de la prison à l’époque pour être ce qu’il était. Bien sûr ça n’a pas toujours abouti, mais si tu regarde la vie d’Alfonso Cano (aujourd’hui membre du secrétariat des FARC) tu verras qu’il a débuté par la politique et qu’il a été exclus… et ce n’est surement pas le seul exemple.
    Bien sûr tout se discute et merci pour tes compléments, mais sur des billets de blog en général je n’entre pas en détail comme on pourrait l’imaginer dans un article académique. Si je me lançais à chaque fois dans un approfondissement historique à la manière académique, il y a longtemps que je n’aurai plus de lecteurs.. et moi aussi j’en aurais marre.
    D’accord avec l’excellence de Sanín…
    Et pour le coup du vendredi, pardon, j’avais pas tilté. Un peu lent le lundi après le rhum.. jajajaja

  8. Certes, certes,

    C’est juste que je te trouvais très gaitaniste et très anti-FN 😉 , et puis pour mettre un peu d’ambiance…
    Il faisait quoi Cano? Il a été élu quelquepart?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *