Déficit Commercial

imagen-3442740-0.gif

A la différence de presque tous les autres pays latino, la Colombie a un déficit commercial. Ses exportations atteignent 24 290 millions dollars alors que ses importations totalisent 24 534 millions dollars. Le ministre de commerce nous rassure … c’est parce que l’économie est en pleine croissance…

Euh quelqu’un peut m’aider là , parce que j’ai un grand doute, faut que je ressorte mes cours d’économie. La logique nous dirait qu’une économie en croissance importe plus, surtout si elle consomme des produits manufacturés et exporte des matières premières. Mais j’ai du mal à  comprendre pourquoi la Colombie est le seul pays d’Amérique du Sud à  avoir un déficit commercial. imagen-3442754-1.gifSurtout regardant l’évolution de ces dernières années.

Quelqu’un peut m’aider ?

Source

Composition de l’économie colombienne

 

12 réflexions sur « Déficit Commercial »

  1. Je peux pas justifier d’une thèse en éco, mais bon il me semble qu’un tel constat, pas très surprenant vu la qualité de la formation des élites politiques de ce pays, clientéliste au possible, bref un tel constat demeure curieux « macroéconomiquement parlant » : la Colombie n’est pas un pays riche du point de vue de son PIB, donc n’est pas censé avoir une consommation interne très importante. Ce pays est par contre le 6eme du monde en terme de richesses brutes (bauxite, or , diamant, pétrole, etc.), et devrait donc exporter à tout berzingue… Donc oui, ce constat m’étonne beaucoup. En fait, peu être l’explication est à chercher notamment du côté des importations d’armes des USA, d’uen industrie qui fonctionne mal et d’un sous développement économique régional très important, notamment du à des politiques publiques, en particulier concernant les transports, très limites… moi je dis ça comme ça, hop!

  2. – Tes chiffres me semblent étranges : 24 millions 390 mille dollars d’exportations ? Je veux bien que la Colombie ne soit pas la Suisse, mais même le Burundi doit exporter pour plus que ça. Y a une erreur dans tes chiffres.

    – La remarque de Pedro est muy bien. La Colombie est l’une des destinations favorites de l’aide de Bush (ça doit se valoir avec le Mexique ?) et une masse d’argent non compensée assez conséquente rentre régulièrement à titre d’aide. Que tout soit utilisé pour la sécurité et l’armée ne change rien au déficit commercial :/

    – Très important, de quoi est composée cette croissance : si c’est des FDI, il est normal que la balance soit médiocre. La croissance peut être forte, même dans une éco de matière première, lorsque des millions sont injectés de l’extérieur. Le tout, c’est de faire une croissance soutenable.

    – Ce qui me semble suspect, c’est surtout la variation de la balance. Plus d’1,5 mia de chute en 12 mois (entre 2005 et 2006). La Colombie semble être plus ou moins au niveau de 2003. Ce qui semble le plus pertinent, c’est d’essayer de comprendre ce qu’il s’est passé en 2004 et 2005, il me semble. Baisse de l’aide US pour ces deux années ? Attractivité plus élevée pour les investisseurs avec l’intensité du conflit qui baisse ?

    – Il faut aussi tenir compte du prix des matière première, qui doit fluctuer fortement selon les années.

    Finalement, j’ai lu qu’au troisième semestre 2006 la Colombie a connu sa plus forte croisssance en rythme annuel depuis 27 ans (tu devrais aller bosser pour l’ambassade, ils ont une orthographe pire que la tienne).

  3. Oups … les chiffres t’as vu juste … j’ai rectifié, j’avais mal lu. (voir ma source qui dit juste)
    C’est justement la variation de la balance que je ne pige pas. Il n’y a pas eu de diminution de l’aide, ni une baisse des prix des matières première (au contraire, pétrole et charbon ont beaucoup augmenté)
    L’unique truc c’est la baisse du dollar, mais ça colle pas avec les pays voisins… mystère.
    Pour le reste je reviens plus tard, y’a boulot là, mais tu perds rien pour attendre.

  4. La baisse du dollar ? Elle aurait eu l’effet inverse, puisque la Peseta colombienne (fait lire ça à Paula 🙂 ) se serait appréciée, et les imports auraient diminués.

    Puisque t’as éliminé la plupart des mes pistes, regarde les FDI : si les matières premières n’y sont pour rien (enfin, ça m’étonnerait que la Colombie ait une structure économique si semblable à ses voisins, elle s’est forcément spécialisé, même si sectoriellement les pays d’Am. du Sud se ressemblent), c’est à coup sûr les investissements.

  5. Lunes, 19 de Febrero de 2007
    Colombia vuelve al déficit comercial tras una década de superávit

    Después de nueve años Colombia volvió a tener déficit en su comercio exterior por un valor de US$ 143. La revaluación del peso está entre las principales causas

    De un año a otro los datos del comercio exterior de Colombia mostraron dos caras extremas. Mientras en 2005 el superávit sumó US$ 1.391 millones, en 2006 la diferencia entre las exportaciones y las importaciones cayó en US$ 1.534, para dejar un déficit de US$ 143 millones en la balanza comercial del país.

    De acuerdo con la Dirección Nacional de Estadísticas, las importaciones llegaron en 2006 a US$ 26.162 millones, con un aumento de 23.4%, mientras que las exportaciones fueron de US$ 24.391 millones, con un aumento de 15%.

    Desde 1998 Colombia encadenó un saldo a favor en su balanza comercial año a año, y para los analistas el déficit comercial viene impulsado por el fuerte aumento de las importaciones en un marco de revaluación del peso. Los mismos advirtieron de que los efectos sobre la estabilidad de la economía podrían ser graves ya que se está incrementando de nuevo el déficit de cuenta corriente.

    La cuenta corriente mide la diferencia entre el dinero que sale y el que entra al país por exportaciones e importaciones de bienes (balanza comercial), exportaciones e importaciones de servicios, utilidades de empresas colombianas en el exterior y de empresas extranjeras en Colombia o giros de trabajadores a sus países de origen.

    Incluso, varios expertos han advertido de los riesgos de que los precios de las materias primas como las que exporta Colombia se vengan abajo luego de varios años de estar relativamente altos.

    El riesgo de que aumente el déficit en cuenta corriente radica en que si por un choque externo se interrumpe el flujo de dólares que llegan del exterior.

    De esta manera, no hay divisas para mantener el ritmo que traían las importaciones, lo que podría significar una caída en el consumo de las personas, « que en la mayoría de los casos es recesiva para la economía », señalaron desde el departamento de Investigaciones Económicas y Estratégicas de Bancolombia.

    Para poner paños fríos, los analistas de Bancolombia señalan que, a diferencia de los años 90, hoy hay una situación más sana pues el déficit actual está más relacionado con la inversión y no con crecimiento de la deuda, y se financia con inversión extranjera para la producción y no en inversión especulativa.

    De todas maneras, advierten que crisis en otros países podrían « presionar la salida masiva de capitales y con ello elevar la probabilidad de hallarnos en una coyuntura altamente desestabilizadora para nuestra economía ».

    A ello se suma la incertidumbre cada vez mayor respecto al acuerdo comercial con Estados Unidos, cuyo valor estaba relacionado, además del comercio, con la atracción de inversiones.

    Colombia realizó exportaciones por US$ 10.000 millones a los Estados Unidos el año pasado, frente a unos US$ 8.500 millones en el 2005, un incremento del 17%.

    Sin embargo, se ha llamado la atención sobre el hecho de que las ventas de bienes no tradicionales retrocedieron, que son precisamente los que vienen buscando abrirse espacio dentro del Tratado de Libre Comercio.

  6. « La baisse du dollar ? Elle aurait eu l’effet inverse, puisque la Peseta colombienne se serait appréciée, et les imports auraient diminués. »
    Justement pas, le peso a augmenté face au dollar, les colombien ont plus de pouvoir d’achat sur les importations… et exporte moins car ce qu’ils vendent est plus cher.
    Et l’article que nous amène phiconvers (merci) nous dit ça … « La revaluación del peso está entre las principales causas » et « para los analistas el déficit comercial viene impulsado por el fuerte aumento de las importaciones en un marco de revaluación del peso »
    et c’est justement là où ma question devient plus pertinente…. parce que ce que je ne comprend pas c’est la différence avec les autres pays d’Amérique du Sud. La baisse du dollar a du avoir un effet sur tous les pays d’amérique latine et non pas seulement au Mexique et en Colombie. C’est pour cela que je critique le point de vue de ces analystes… C’est une explication qu’on peut donner sans regarder les autres chiffres … les pays voisins quoi.
    Il me semble que regarder la macro d’un pays sans voir le voisin n’est pas très logique… alors ma question reste entière… ou alors la solution proposée par Pedro est juste. Mais je ne sais pas si l’aide des Us peut avoir tant d’influence… cela me parait louche que les armes importées comme « aide humanitaire » entre dans la balance commerciale…
    Bref, je m’en vais écrire à la banque centrale pour qu’il m’explique… je vous tiens au courant.

  7. C’est évidemment toi qui a raison sur l’appréciation de la Peseta colombienne. Tout fier de mon invention sur la supposée monnaie, et voilà que je dis des bêtises.

    Cela dit, tu ne relèves pas les deux arguments pouvant expliquer la balance commerciale :

    – la structure d’exportation, la destination des exports, peuvent sacrément varier entre les pays latinos.

    – les FDI, bon sang, les FDI…

  8. C’est vrai la structure de l’exportation peut être un facteur. La Colombie et le Mexique sont plus concentré sur les États Unis que des pays comme le Chili ou même le Brésil (argentine?) qui ont réussit à diversifié leurs partenaires commerciaux. Comme le dollar a baissé, leur exportations auraient diminuées … plausible. Équateur et Bolivie étant trop instable pour faire des comparaison et Venezuela un cas à part.
    Reste l’investissement direct … c’est vrai. J’ai pas réussit à trouvé les chiffres.
    Par contre j’ai trouvé un truc intéressant. L’argent que les familles colombiennes vivant à l’extérieur envoient au pays ne couvre juste pas l’argent que les multinationales font sortir…

  9. N’oublions quand même pas que les multinationales emploient du monde en colombie, tout ne sort donc pas !

  10. Bien sûr mais si elles réinvestissaient en Colombie ce serait encore mieux…

  11. Quand la monnaie se réévalue, les importations augmentent. Phénomène que les Argentins ont bien connu pendant la période dite de convertibilité.
    Mais la Colombie depuis fort longtemps compense largement son déficit par des exportations de produits illicites non comptabilisés.

  12. c’est clair, y a beaucoup de ça, bien que cela ne représente plus que 3-4% du PIB par rapport au 10 % au début des années 90.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *