Une lutte olympique

escrime1.jpgLes J.O. approchent, on le sait même si on parle assez peu. Par contre pour les sportifs qui veulent y participer la lutte a déjà  commencé.

Et cette lutte pour participer est loin d’être facile, surtout lorsqu’on est national d’un pays où le gouvernement ne soutient pas trop ces sportifs. En France les restes des politiques de De Gaulle, mise en place après les J.O. de Rome en 1960 où la France ne rapporta à  la maison que 6 médailles, gâtent encore relativement nos sportifs d’élites.

En Colombie c’est pas la même… Javier Suarez, champion national d’escrime depuis 7 ans, deux fois 5e en coupe du monde, champion junior d’Amérique Latine, et je passe parce que c’est trop long est en train de gagner sa place pour participer aux J.O.

Un seul compétiteur pour tout le continent américain sera sélectionné pour aller à  Pékin, et pour participer à  la sélection il faut accumuler un certain nombre de point. Cette compétition à  lieu au mois de mai au Mexique. Alors en ce moment Javier gagne des points… en Europe. Et oui, les compétitions européennes rapportent plus. Alors il sera le 2 mars à  Berne, le 23 à  Stockholm et le 4 avril à  Heidenheim.

Et là  on pourrait espérer un soutient du gouvernement colombien, quoi de mieux qu’un sportif au J.O. comme ambassadeur… bin … pas trop non! Le comité olympique lui a payé le billet d’avion jusqu’à  Paris… La ligue, la fédération… rien, zéro. Même la France l’a emmerdée pour lui donner son visa. Tout sort de sa poche et pour sûr vivre à  Paris pendant 3 mois n’est pas donné. La solution est de manger des pâtes et de camper chez les potes…

àŠtre sportif de haut niveau en Colombie n’est pas chose facile, alors si vous passez à  une de ces compétitions n’hésitez pas à  aller l’encourager!!!

4 réflexions sur « Une lutte olympique »

  1. C’est pareil au Mexique: je me souviens aux derniers JO une cycliste sur piste avait du elle meme faire toute les demarches pour expedier ses velos…Qui etaient arrives la veille de la competition avec passage a la douane, enfin un truc incroyable. Tout ca parce que les federations n’ont pas d’argent (ou alors parce qu’il est, on va dire mal utilise, ce fric…). Les judokas aussi etaient furieux parce qu’ils n’avaient aucun soutien, rien. A peine le billet d’avion paye.

    Et au fait la cycliste en question elle a rapporte une des 4 miserables medailles du Mexique…

  2. C’est sans doute pour être cohérent avec sa politique anti-narco-trafic que le gouvernement colombien a une politique sportive extrêmement réduite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *