élection: on prend les mêmes et on recommence

Le pouvoir legislatif (sénat et congrès) a été remplacé ce dimanche. Enfin ceux qui n’était pas en prison. Les résultats, même encore provisoire, ne sont pas une grande surprise.
Les deux partis qui se veulent de la lignée d’Uribe remporte facilement le plus grand nombre de sièges. Il faut cependant noter qu’aucun des deux partis n’obtient la majorité, il leur faudra donc s’allier. Uribe ne pouvant être candidat à  la présidence, on peut esperer que les deux partis ne soient pas toujours d’accord et donc que le futur gouvernement en place soit, au moins de temps en temps, obliger de discuter ses politiques.
Le parti « Cambio radical » (aussi à  droite) souffre d’une belle défaite, pour avoir tenté la voie « sans Uribe »… Les libéraux se mantiennent. Et le polo démocratique, alliance de gauche, n’ayant toujours pas réussit à  mettre à  plat ses différences internes, perd un ou deux sièges.
Le panorama politique reste plus ou moins identique, on peut s’attendre à  retrouver 20% des nouveaux élus sous les verrous d’ici quelque temps. Sans compter ceux qui échappent à  la justice…. et ils sont surement aussi nombreux. Les groupes paramilitaires détiennent toujours une grande partie du congrès. Les gagnants ne s’en plaignent pas.
La seule nouveauté, qui peut apporter une lueur de débat est l’entrée en jeu d’un nouveau parti: « partido verde » composé de figures indépendantes de la politique colombienne. Les 3 anciens maires de Bogotà¡ (Mokus, Peà±alosa et Lucho) en tête ont réussit à  placer plusieurs sénateurs… Mais c’est pas encore garanti que cette équipe de caractériels soit capable de s’entendre sur le long terme!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *