Cessez de vouloir “sauver” l’Afrique !

Un article comme on en voit pas souvent, j’ai beaucoup aimé. Je vous laisse un extrait, l’intégral se trouve ici, s’il disparait, faite moi signe je mettrais tout en ligne, au diable les droits. J’ai une vague impression que plusieurs éléments pourrait se transposer à  d’autres parties du monde, avec des sauces un peu différentes mais quand même…

A l’automne 2006, peu après mon retour du Nigeria, je fus interpellé par une blonde et guillerette étudiante dont les yeux bleus paraissaient assortis aux perles du bracelet “africain” qu’elle portait au poignet. “Sauvez le Darfour !”, criait-elle derrière une table couverte de brochures exhortant les étudiants à  “agir tout de suite !”, à  “arrêter le génocide au Darfour !”. Mon aversion à  l’égard de ces étudiants qui s’impliquent à  corps perdu dans des causes à  la mode faillit me faire tourner les talons, mais le cri qu’elle jeta ensuite m’immobilisa.
“Vous ne voulez donc pas nous aider à  sauver l’Afrique ?”

[…]

Même bien intentionnées, ces campagnes propagent le stéréotype d’une Afrique qui serait un trou noir de maladie et de mort. Articles et reportages ne cessent d’évoquer les dirigeants africains corrompus, les seigneurs de guerre, les conflits “tribaux”, les enfants exploités, les femmes maltraitées et victimes de mutilation génitale. Ces descriptions apparaissent sous des titres tels que “Bono peut-il sauver l’Afrique ?” ou “Les Brangelina parviendront-ils à  sauver l’Afrique ?” La relation entre l’Afrique et l’Occident n’est plus fondée sur des préjugés ouvertement racistes, mais de tels articles rappellent les beaux jours du colonialisme européen, quand on envoyait des missionnaires en Afrique pour nous apporter l’éducation, Jésus-Christ et la “civilisation”.

1 thought on “Cessez de vouloir “sauver” l’Afrique !

  1. Je suis entièrement d’accord avec l’article que vous citez. Les Africains n’ont pas besoin de notre aide; ils espèrent juste que nous cessions de les intimider avec nos barrières tarrifaires et d’autres trucs, tel les subventions américaines et européennes à l’agriculture, qui les empêchent de d’écouler leurs productions de coton ou autres sur le marché occidental.
    Tout compte fait, le libre échange n’est libre que du Nord vers le Sud. C’est ce qui pousse bon nombre de producteurs (que nous appelons souvent par condescendance “paysans” africains) à abandonner leur terre pour des bidonvilles, dans l’espoir de se refaire une vie.

    Se refaire une vie… C’est ce qu’ils n’auraient pas besoin de faire si nous, Occidentaux, abandonnions notre esprit colonisateur et mercantile.

    Tout ceci étant dit, comment un Blanc riche et instruit peut-il se permettre de fouler la terre africaine sans se voir étiqueter de colonisateur mercantile? S’il est hors de question d’arriver en Afrique avec l’idée d'”aider” dans cet esprit, peut-on se permettre de d’aller collaborer avec des victimes des politiques obscurantistes de nos pays dits civilisés? Ou peut-on, Blanc et riche, visiter l’Afrique comme on visiterait l’Europe ou l’Amérique du Nord, sans pourtant paraître exploiteur?

    Quelqu’un dont j’oublie le nom a dit déjà que celui qui voyage sans rencontrer les gens ne voyage pas; il se déplace.

    On le voit bien, la relation entre le Blanc et l’Afrique est ambiguë! S’y rendre pour “aider”, c’est être colonisateur! Y aller pour “collaborer”, c’est dénommer l’Africain comme victime! Visiter son pays, c’est l’exploiter! Le rencontrer d’égal à égal m’apparaît comme l’attitude que tout Occidental devrait chercher à cultiver. Et que dire de l’urgence des gouvernants occidentaux d’adopter cette même attitude.

    Imaginez les gouvernants canadiens, américains ou européens aller écouter ce que les dirigeants africains ont à dire…plutôt que de leur imposer des diktats corrupteurs!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *