Appel à contribution: les nouveaux défis de la privatisation de la sécurité en Amérique Latine

Pour ceux que ça intéresse, qui travaillent dans le domaine de la sécurité, dans l’académie, avec la société civile ou les passionnés: je vous propose de contribuer à  un ouvrage qui devrait être publié d’ici la fin de l’année. La langue de base est l’espagnol, mais nous allons accepter aussi des articles en anglais et en français.

Pour plus de renseignement, me contacter, merci d’avance et n’hésiter pas à  le faire circuler.

Appel à  Contribution

“Les nouveaux défis de la privatisation de la sécurité en Amérique Latine”

Le Groupe d’études sur la Négociation et la Gestion de Conflits du Centre de Recherches et Projets Spéciaux – Là­nea de Investigacià³n en Negociacià³n y Manejo de Conflictos del Centro de Investigaciones y Proyectos Especiales, CIPE en Espagnol– de l’Université Externado de Colombie et le Groupe d’académicien de recherche sur le Phénomène du Mercenariat et des Entreprises Militaires et de Sécurité privées –Chapitre Colombie- projette pour le second semestre de l’année 2008, la publication du livre « Les nouveaux défis de la privatisation de la sécurité en Amérique Latine ».

La publication propose de réunir, dans une logique transdisciplinaire (droit, sciences politiques, relation international, histoire, économie…) des spécialistes du thème, afin qu’ils partagent leurs avancées théoriques et empiriques de leurs recherches. L’objectif est de réunir une série d’articles d’analystes provenant d’institutions académiques nationales et internationales.

Pour cette raison, la coordination du Groupe d’Études sur la Négociation et la Gestion de Conflits et le Groupe d’académicien de recherche sur le Phénomène du Mercenariat et des Entreprises militaires et de sécurité privées, invitent les chercheurs et experts des diverses disciplines, à  aborder de telles études et à  écrire et envoyer leurs articles. Ces écrits seront évalués par un groupe de lecture de façon anonyme, lesquels prendront en compte la rigueur, l’originalité, la perspective analytique et les apports que l’article ait pour la compréhension du phénomène de la privatisation de la sécurité et l’utilisation de compagnies de sécurité privée.

Les chercheurs intéressés devront envoyer leur article avant le 15 août 2008. Les travaux devront être envoyés exclusivement par voie électronique et sous format Word ou PDF. Les articles ne pourront dépasser 15000 mots, et ils devront être écrits en caractères Times New Roman, taille 12 à  double espace. La langue de publication sera l’espagnol. Néanmoins, des textes en anglais ou français pourront être inclus. Finalement, un résumé en anglais ou en espagnol d’un maximum de 150 mots devra être adjoint, de même qu’une liste de trois à  six mots clés identifiant le texte.

L’envoi des textes devra être dirigé à  Amada Benavides, membre du Groupe de Travail de Nations Unies sur l’Utilisation de Mercenaires comme Moyen pour la Violation des Droits de l ‘Homme et l’Empêchement de l’Exercice de la Libre Détermination des Peuples, Bureau de la Haute Commissaire aux Droits de L’Homme, ou à  Antoine Perret, membre du Groupe d’Études de Négociation et de la Gestion de Conflits, par courriel aux adresse suivantes: catedraguillermogaviria@yahoo.es, antoine.perret@uexternado.edu.co ou antoine.perret@gmail.com.

4 réflexions sur « Appel à contribution: les nouveaux défis de la privatisation de la sécurité en Amérique Latine »

  1. Première grande mesure : Supprimer les freins avant sur les vélos !!!!!!!!!! 😀 😛

  2. [quote comment= » »]Première grande mesure : Supprimer les freins avant sur les vélos !!!!!!!!!! 😀 :P[/quote]

    Je n’aurai qu’une réponse GRUMPF!!!!

  3. Non Vlad, tu n’y est pas du tout … parce que là te trouve une solution à un problème, et ça rapporte pas un sous. Ta solution est donc nul. Moi je propose plutôt que les cycliste qui ne passe pas le permis niveau trois (tu peux déjà ouvrir une école pour le permis, en plus tu as déjà un client etc…) soient contraint de circuler avec accompagné de 4 agents de sécurité. Un genre d’ escorte. Et là tu signe un contrat exclusivité avec le gouvernement pour fournir les agent de sécurité, que tu embauche au Pérou pour réduire tes couts.

  4. Au moins dans ton idéal économique du vélo et de la sécurité, pas de souci de voir Chavez proposer du pétrole au FARC :P… Une solution peut être pour lui d’éviter de se griller un peu plussss…………….. Ou à ses détracteurs de trouver des « solutions » pour lui de se griller…………… A voir selon qu’on tourne l’info à la sauce X ou Y comme le font tous les journaux pour essayer de vendre un peu plus cher l’encart de pub………

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *