Sécurité en Colombie: retour à la réalité

La mort de deux étudiants d’une des Université bourgeoise colombienne a choqué la Colombie. C’est tout innocemment qu’ils étaient partis en camping dans une zone peu recommandable, et ils ont eu la malchance de croiser un groupe de « nouveau » paramilitaires, ou « bande criminelles » comme il est coutume de les appeler aujourd’hui. Le drame a rappelé au pays que les paramilitaires existent depuis fort longtemps, et qu’ils n’ont en réalité jamais cessé d’exister, même si Uribe pendant ses 8 ans au pouvoir s’est donné un mal fou pour faire croire le contraire. Son mensonge a couté la vie à  ces deux jeunes… et ce ne sont pas les seuls.
Le problème est que beaucoup l’ont cru. A tel point que les autorités et les pouvoirs publics ont oublié qu’il existait une menace autre que les FARC. Pire encore, la pseudo démobilisation des paramilitaires a eu l’effet attendu, les différents groupes qui étaient plus ou moins chapeautés par un grand chef se sont encore plus fragmentés, rendant toutes négociations impossible et complexifiant la situation sur le terrain, particulièrement pour les populations locales qui se retrouvent, une fois de plus, coincée au milieu de lutte de pouvoir de fous sanguinaires. Petro parle de balkanisation, le résultat parle de lui même: plus de 500 morts dans le seul département de Cordoba.
Santos hérite de l’oeuf pourri (il y a largement contribué, mais il semble avoir changé en cours de route), il va devoir gérer en douceur la reprise en main d’une communication de « conflit » en essayant de ne pas trop faire peur aux investisseurs étrangers…

« Contravia » : Seguridad: ¿Desinformacià³n o realidad?

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Il1pJUt9_MU[/youtube]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *