Texture

De Celestia wiki

Comment ça marche ?

Une texture est une image 2D "plaquée" sur un objet 3D ou sur une partie de cet objet 3D. Tous les logiciels utilisant la 3D utilisent ce système (les jeux, par exemple). Quelques informations supplémentaires dans l'article GPU.

Dans Celestia, les planètes et les étoiles sont des sphères et leur aspect (continents, océans, reliefs) leur est donné par ces textures. Sans ces dernières, la Terre, Mars, Jupiter, etc. seraient des sphères uniformément blanches.

Pour les objets plus complexes (satellites, astéroïdes, etc.) le principe est le même : un objet 3D composé de facettes, chacune étant "habillée" par une texture.

Pour une planète ou une étoile, la texture peut être un seul fichier image ou bien un ensemble de textures qui seront affichées et juxtaposées par Celestia au fur et à mesure que l'on zoome sur ladite planète ou étoile (on parle alors de "Textures virtuelles").

Bien entendu, une image 2D plaquée sur un objet 3D sera forcément déformée. Une "bonne" texture doit donc tenir compte de cette déformation. Finalement, mais en sens inverse, c'est le même problème qui préoccupe les cartographes : comment projeter une surface sphérique sur une surface plane ?

Format d'image

Concrètement, les textures sont des fichiers d'images non vectorielles. En théorie, n'importe quel format de ce genre pourrait convenir : tif, bmp, jpeg, etc. En pratique et dans un souci de performances, il ne serait pas réaliste qu'un logiciel 3D accepte tous les formats possibles et imaginables. Pour sa part, Celestia est capable d'afficher trois formats de fichiers images de ce type : jpeg (jpg), dds et png (plus fin mais aussi plus lourd).

Un petit exemple en images...

Prenons une bête sphère créée par un logiciel de modélisation 3D et plaçons-la à un endroit judicieux en orbite autour de Jupiter. En regardant de près, cela donne ceci :

White planet.jpg


Choisissons maintenant une texture 2D non moins judicieuse. Celle-ci semble faire l'affaire :

Mini io2d.jpg


"Plaquons-la" sur notre sphère et nous obtenons Io, une des lunes de Jupiter :

Mini io3d.jpg Io-Jup.jpg

Utilisation

En plus du format de l'image proprement dit, les images sont destinées à être utilisées pour effectuer diverses tâches : les NormalMaps, les BumpMaps, les NightTextures, les SpecularTextures, les CloudMaps, sont chacun des types de textures bien particuliers, destinés à jouer un rôle précis dans Celestia. Les CloudMaps, par exemple, sont des textures nuageuses qui "englobent" une planète.

Superposition de textures

Depuis un moment déjà, Celestia permet de superposer une image à une autre, au moyen du texture overlay.

Textures virtuelles

Les Textures virtuelles l'une des avancées les plus spectaculaires de Celestia, qui autorise la fragmentation tant horizontale que verticale des textures.

Cette technique permet d'atteindre des niveaux de qualité inégalée, du moins jusqu'à l'arrivée de Google Earth.

Edition des textures

Les programmes permettant d'éditer les images sont nombreux, et vont du très complet mais très cher Photoshop au très complet mais très gratuit The Gimp.

Quel que soit votre éditeur, il reste nécessaire d'utiliser la plupart du temps un plugin qui lui permettra d'éditer les textures dds.

D'où proviennent les textures ?

  • En priorité d'images captées par les télescopes ou les sondes spatiales. Elles ont souvent été traitées par des logiciels d'imagerie mais conservent un souci de réalisme.
  • D'extrapolations. Certains objets célestes conservent une partie plus ou moins grande de mystère. Par exemple, une face cachée et jamais observée par une sonde ; une planète trop lointaine, etc. Dans ce cas, les concepteurs de Celestia et de ses addons peuvent proposer une texture vraisemblable mais non prouvée.
  • De l'imagination féconde de certains auteurs d'addons. Il existe ainsi des textures nous donnant une idée de ce que pourraient être Mars, Vénus ou même Pluton si ces planètes étaient "terraformées" ! Certains ont même créé des systèmes planétaires purement fictifs et recouvert leurs planètes de textures imaginaires. Ici prime le plaisir de l'oeil, mais le réalisme scientifique n'est pas forcément exclu à 100% ! (Exemple : la texture présentant Mars avec des océans prend en compte la topographie de la Planète Rouge.)